REVALPIN

Les niçois usent les coinceurs au Verdon

28 Octobre 2009 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Justement les fameux coinceurs n'étaient jamais assez gros le weekend dernier. Du coup à défaut d'un friend n°10, c'est le corps entier qui sert de coinceur. Tout y passe et la fissure avale successivement les mains, les bras , les jambes, jusqu'au corps tout entier parfois. Pour celui qui ne veut pas abimer le beau teeshirt Prana tout neuf, ce n'est pas le bon choix!!

Samedi nous avons fait "Solanuts" sur les bons conseils d'Antoine Rolle et Totoxe.
Effectivement c'est une excellente voie de terrain d'aventure, pas trop longue pour les courts après midi de fin octobre. Seule la première longueur est un peu délitée. La suite réserve de belles fissures plus ou moins facile à protéger...
Laurent Chantoiseau dans les dalles du haut de Solanuts.

Et au fond, coulait-une rivière...

Grand gaz, un friend entre les dents, une paluarde dans une main pendant que l'autre est verrouillée au fond d'une fissure, on est bien au Verdon.
Muriel au départ de Solanuts. Personne sur le jardin médian ce jour là.

Quelques mètres plus à gauche c'est l'autoroute de "la Demande", alors que "Solanuts" ne doit pas être visitée si souvent. Plus on traverse le jardin médian, plus la sente se fait ténue jusqu'à disparaître quasiment.
 
Ben Degroisille dans le rétablissement de L4. Les longueurs les plus dures sont derrière nous et le vide se creuse au dessus du Verdon! 

Dimanche, c'est la grande "aventure". Du genre de celle dont vous allez vous souvenir pendant 40 ans et que vous raconterez à vos petits enfants. La voie d'escalade s'appelle "Les Surprises" et laisse présager quelques passages probablement étranges, comme une longueur spéléo ou une longueur cotée "?" ou encore celle cotée "A3" qui passerait apparemment sans marteau ni piton!!! C'est une voie "Guillot", rien que ce nom pouvait nous donner une idée de l'ambiance à venir....

 Muriel cherche l'attaque de la voie dans une fissure équipée de pieux en cade du moyen âge. On se prend à rêver de la vie des ces ancêtres et à imaginer leur motivation pour grimper là haut à l'époque.

Comme quoi on a rien inventé avec les coins de bois des voies d'artif du 20ème siècle.

Pas de chance, le boyau en question était bouché et nous n'avons pas trouvé l'attaque directe de la voie sous la baume du bas. Du coup nous avons pris la traversée originelle qui finit aussi en spéléo.
 Pierre Gallo remonte un cade torsadé comme jamais qui parrait avoir vu couler le Verdon depuis des millénaires.

La moindre branche vaudrait son pensant de billets sur les marchés d'art de Valbonne.  Mais vu les fissures expos qui en défendent l'accès, il n'y a pas de risque de vandalisme!

C'est sûr que les passages de fuites en avant ne manquent pas dans cette voie. La sortie est bien souvent vers le haut et la chute est interdite.
La joyeuse bande au relais sous le monstre toit du haut. Mais par où ça passe? Nous avons bien cru un moment que c'était le but. Puis petit à petit un chemin c'est ouvert vers le haut!!!

Faites le régime avant de venir ça peut servir!!!

Pour ces deux voies, un jeux de friend jusqu'au camalot n°4 suffit. De toute façon même un n°6 ne serait pas d'une grande utilité quand c'est trop large.  Pour les "SURPRISES" de la voie n°2, j'éspère que j'ai laissé assez de suspens pour ne pas tout vous dévoiler!

Lire la suite

Zeynep

27 Octobre 2009 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Topos

Ca se passe en Turquie dans le massif calcaire de l'Aladaglar.  A l'écart des bigwall dolomitiques que l'on trouve plus haut en montagne, le Cimbar Canyon est un paradis pour la grimpe bucolique, facile d'accès en 20 min du village de Demirkazik.
Zeynep: c'est la petite princesse de nos hotes Agir et Ramazan à Demirkazik. Comme quoi le sort des femmes n'est pas toujours aussi triste que l'on veut nous faire croire dans ces pays musulmans.
Lire la suite