REVALPIN

L'hiver de retour en montagne

22 Octobre 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Avec Thibault  Icard et Fred Batut, on est allé voir si l'hiver était bien arrivé au Corno Stella. Réponse: oui.

Et même que ça caille sévère toute la journée et que la neige est bien présente en face nord jusqu'aux Termes de Valdieri.

 

Un petit récit d'une ascension du Spigolo Supérieur du Corno le jeudi 22 octobre:

 

DSCN9729

 Lumière d'un soir d'automne dans la montée au bivouac Varone.

 

On profite des derniers rayons de soleil avant de plonger dans l'ombre du versant nord.

 

Tout commence donc par une montée au bivouac Varone dans un merveilleux paysage de mélèzes dorés, avec en ligne de mire le Corno Stella. Justement on commence à voir que la neige s'est déjà bien accumulée en versant nord. Le doute s'installe quand à l'issue de notre entreprise, quand on se démène un peu plus tard pour construire une véritable tranchée pour atteindre le bivouac.

 

 Au pied du Corno par -10°C le jeudi matin: il va falloir tracer pour monter la moitié du couloir Lourousa.

 

Heureusement la nuit a été douillette dans les couvertures toutes neuves du Bivouac et la motivation est au rendez vous.

 

 

DSCN9735

 

DSCN5852

Quelques heures plus tard nous voila dans la face Nord du Corno crampons au pied.

 

On a un peu improvisé une variante à l'attaque en préférant les fissures avec des bloc plus ou moins soudés par le gel aux dalles piégeuses recouvertes de neige.

 


 

 

L'itinéraire le plus simple n'est pas toujours facile à trouver pour rejoindre l'arête sud du Corno: traversée, rappel ou descalade parfois utile suivant les conditions, pitons en place parfois pas du tout au plus facile... Méfiance.

 

DSCN9754

 L'ambiance se détend en arrivant sur le fil du spigolo. Le soleil réchauffe un peu nos extrémités engourdies et finit de nous réveiller pour de bon.

 

Vue grandiose sur le Viso au fond. Et même bien plus loin car le ciel était vraiment limpide ce jour là. On voyait simultanéement l'arc alpin jusqu'au massif du Mont Rose et le littoral très net jusqu'à l'Esterel.

 

Le versant Ouest de l'Argentera et la crête jusqu'à la Madre di Dio sont déjà plongés dans l'hiver.
 DSCN9765

 Fred et Thibault, tout sourire sur le fil du Sigolo Supérieur.

 Le rocher est tiède, le paysage dément, les longueurs sont enthousiasmantes:  la bonne humeur est de mise.

 DSCN9766

 

 

Nos mines réjouies au sommet du Corno. C'est sûr qu'avec un temps aussi splendide sur notre Corno Stella fétiche,il y a de quoi être heureux.
 DSCN5867
Lire la suite

A l'abri de l'Esterel

17 Octobre 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Couennes

C'est bien le massif de l'Esterel qui a tenté de retenir les gros nuages pluvieux venant de l'Est tout ce week end. Du coup du coté de St Raphael nous sommes restés à peu près au sec moyennant une ou deux rafales vigoureuses!

Nous avons visités 2 sites d'escalade assez différents : le cap du Dramont, puis le lendemain la barre de Roussiveau. D'un coté une ambiance très marine face à l'ïle du sémaphore, et de l'autre coté la falaise sauvage de Roussiveau perchée sur un promontoire dominant les grands espaces de l'Esterel, avec au fond la baie de St Rapahel. D'un coté la foule des grands jours sur la falaise phare du secteur et de l'autre un site paraissant tellement sous fréquenté que la végétation ne va pas tarder à reboucher le chemin.

 

Mumu

Mumu retourne aux affaires à la barre du Roussiveau.

 

Derrière la vue est on ne peut plus dégagée sur la baie de St Tropez à St Raphael.

 

 Bon la vue est pas mal non plus au Dramont, même si l'on est un peu moins haut perché.

 

Au moins la mer est toute proche, les goélands viendrons vous chiper un morceau du pique nique et, en cas de grosse chaleur, un petit bain et toujours possible.

DSCN3560

 

Alors Dramont ou Roussiveau? Les deux sont à connaître comme tous les sites d'escalade atypiques de ce massif de l'Esterel. 5°C de plus au Dramont, mais 5 fois plus de vue à Roussiveau. Une belle rhyolite adhérente qui régale les sens aussi bien pour les préhensions que pour les couleurs variées du rocher, de la végétation et du ciel.

 

DSCN3574

 Si l'est bien une chose que vous trouverez sur les 2 sites: ce sont les arbouses.

 

C'est justement la pleine saison. reste plus qu'à faire la pâte de fruit pour mettre dans le sac pour le ski cet hiver...

Lire la suite

La Petite Bête qui monte

4 Octobre 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Pour se distraire un peu avec ce temps maussade: un petit reportage sur une voie d'escalade dans les gorges de la Mescla parcourue il y a 10 jours avec Sergio: "La Petite Bête qui monte". Ca se passe dans les gorges de la Mescla où il vaut mieux regarder la route que les falaises pour ne pas risquer d'accident. Pourtant depuis un an, je quitte souvent la double voie du regard en passant pour admirer les belles couleurs de cette falaise que je sais dorénavant pas si pourrie!

 

DSCN9628

Le soleil nous rattrape dans la deuxième longueur, pour une journée à la température excellente alors qu'il neige à 1500m toute la journée plus au nord.

 

 

Bon, c'est vrai que le bas de cette paroi ne donne pas trop envie avec du rocher mi marne - mi calcaire schisteux. Un aspect qui avait découragé tout le monde sauf notre magicien de l'artif : Marc Gamio qui avait tracé un itinéraire de plus de haute voltige au travers des toits les plus prononcés de la falaise.

L'année dernière Stéphane, Nico et Thibaut ont ouvert une nouvelle voie en libre avec  un minimum d'équipement à demeure : un régal pour les amateurs de terrain d'aventure un peu engagé.

 

Sergio dans le déjà mythique 6a+++ de la voie, totalement obligatoire.

 

Quelques micro friend à droite ou à gauche et puis il faudra bien y aller dans ce mur raide où le filling est de mise pour trouver le bon chemin.

DSCN9640

 

La voie est équipée sur gougeons aux relais, dans quelques rares passages trop compact et dans L1 et L7. Pour le reste il vous faudra improviser avec vos friends, à prendre en grand nombre.

 

DSCN9643
 Le vide se creuse en arrivant dans le rocher rouge du haut de la falaise.
 DSCN9649

 Sortie de la longueur de 6b/A0 cotée 7b par les ouvreurs. 

 

A part cette longueur mutante, le reste est bien grimpable puisque les longueurs ont été enchainées parfois en tête et plus souvent par le second.

 

Le voyage géologique se termine en haut par du calcaire blanc compact comme à la Turbie, après avoir traversé toute sorte de faciès calcaire allant des dalles grises verdonesques aux murs rouges calcifiés d'Aiglun.

 

 Une dernière longueur pour le plaisir alors que l'orage s'approche de nous.

 

Heureusement la voie est à l'abri jusqu'aux derniers mètres faciles, ce qui nous a permis de sortir sans encombre.

DSCN9653

 

Un peu de pub pour cette voie avec les photos de notre esthétique Sergio ne fera pas de mal pour sa fréquentation! En effet, il n'y a pas beaucoup de dédicaces dans la boite métallique laissée là haut à cet effet comme au sommet des montagnes italiennes.

Lire la suite

Automnale à la Cougourde

1 Octobre 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

C'est la saison: les Cougourdes sont mûres à point dans le jardin.

Par contre pour notre Cucurbitacé du Boréon, la saison est passée.

Avec Patrick nous avons grimpé la voie de la "Paroi Jaune" mercredi. Quelle chance, la météo était magnifique avec le ciel bleu du matin au soir! Mais le froid piquant est arrivé avec la neige qui ne fond plus dans les faces nords. Il y avait de la blanc gelée dès le parking au Boréon! La paroi jaune orientée plein sud nous a autorisé à faire une dernière fois les lézards dans le Mercantour.

 

pj

 La paroi jaune de la Cougourde, qui parait déversante  sous cet angle.

Ce sont des lichens qui donnent cette chaude couleur au rocher.

 

La voie de la paroi jaune s'insinue dans cette face au plus facile. Mais qu'est ce que c'est raide pour une voie de 1957. Dufranc et Demenge ont dû négocier plusieurs passages surplombants! Les passages de 5+ soutenu sont indécotables!

Nous voila engagée dans la muraille de la paroi jaune: havre de soleil dans une combe de la Cougourde à la température hivernale. 
DSCN9700

 Au dessus de la voie, on sort à la cime IV par la magnifique arête Sud.

 

Patrick carbure toujours autant depuis ce matin.

 DSCN0001

 

DSCN0006

Dans la traversée des arêtes vers la cime III de la Cougourde: ambiance haute montagne avec la neige qui a fait son apparition.

 

 

Derrière le couloir N des Gaisses est bientôt skiable!

Lire la suite