REVALPIN

Mille Miyar de Granit

27 Octobre 2018 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

En septembre 2015, nous débarquons à Miyar à l’initiative de ma femme Muriel, pour 3 semaines de grimpe. Nous aurons l’occasion de grimper sur 4 sommets par des voies d’escalade splendides : Toros, James Point, Castle Peak, Lotos. En se laissant guider par l’intuition et le plaisir de la grimpe, nous tombons facilement sur des enchainements de cannelures de granit et de fissures aux bords fournis en knobs géants. C’est donc sans aucun mal, que Florence Cotto, Antoine Rolle et Thomas Auvaro se laissent séduire par un voyage en Inde en août 2017 pour nous accompagner, avec comme objectif premier l’éperon élancé de plus de 1000m d’une aiguille évidente surmontant le camp de base. Ce sommet, resté ingrimpé incroyablement longtemps, domine l’itinéraire de trekking du kang La. Il s’agit du premier sommet de plus de 5700m d’une longue crête séparant le glacier de Jangpar de celui de Chodong. N’ayant pas connaissance des ascensions pérécédentes, nous l’appelons le « Miyar Shivling » en référence aux nombreux sommets emblématiques des massifs indiens portant ce nom évoquateur du sexe de Shiva.

Petit grimpeur dans l’immensité, le 2ème jour de grimpe au pilier ouest du Miyar Shivling

Petit grimpeur dans l’immensité, le 2ème jour de grimpe au pilier ouest du Miyar Shivling

Merci au magasin Chullanka Antibes pour son soutient matériel permettant d'alléger le budget d'un tel voyage

Merci au magasin Chullanka Antibes pour son soutient matériel permettant d'alléger le budget d'un tel voyage

Les niçois en vadrouille :

En août 2017, nous sommes les seuls grimpeurs à Miyar. Nous installons notre camp au niveau du front de moraine du glacier de Miyar pour être au plus proche du Miyar Shivling. Après une petite voie d’acclimatation au Goya Peak pour faire connaissance avec le rocher avenant, la jeunesse niçoise est déjà dans les starting blocks pour une tentative au Miyar Shivling. L’éperon ouest est flanqué d’une sorte de Dru qui s’élève d’un jet au-dessus de la vallée. Seule cette antécime esthétique, nommée Chamonix Tower ou Lammergier Spike a été grimpée en 2005 par les anglais Graham Little, Jim Lowther et Kevin Kelly. L’itinéraire est tout trouvé : nous passerons par ce nid d’aigle incontournable avant de continuer sur l’éperon ouest qui se redresse jusqu’au sommet qui doit friser les 5750m. Avec Muriel, Florence et Thomas nous partons le 10 août pour établir un camp avancé au pied de l’éperon. Le lendemain nous grimpons, par un grand dièdre évasé en 6a max, jusqu’au sommet d’une aiguille effilée, que nous nommerons la Nissart Tower, qui est la jumelle en arrière-plan de la Chamonix Tower. Du sommet, un rappel de 20m, que nous laissons en place pour le retour, nous dépose à la brèche où nous bivouaquons avant l’éperon sommital. Durant la nuit, les orages tournent sur l’Himachal Pradesh et finissent leur course dans notre direction. A l’aube, la petite couche de grésil déposée dans la nuit nous laisse dubitatif sur la suite. Mais la qualité du rocher aidant et le soleil revenant, nous forçons le passage pour rejoindre l’arrête sommitale où le granit se mue en véritable taffonis sculptés à souhait. L’arrivée au sommet est euphorique, avec le camp de base minuscule visible 1700m plus bas à l’aplomb. La descente s’enchaine sans encombre en rappel par le même chemin et la nuit nous surprend juste avant de rejoindre le camp avancé.

Mille Miyar de Granit

Reste un mystère : une sangle très récente trouvée juste sous le sommet nous indique que nous ne sommes pas les premiers à prendre pied sur ce belvédère. En rentrant en France, on apprendra que le célèbre guide Martin Moran nous a devancé d’une année sur ce sommet avec une équipe d’aspirant guide anglais. En 5 jours de septembre 2016, ils gravissent un éperon mixte de 1300m en versant Nord du Miyar Shivling et poursuivent jusqu’au sommet suivant, un peu plus haut, qu’il nomme le  « Marakula Killa ».

Pour la suite du voyage, Antoine reprend du poil de la bête et avec Thomas et Florence ils visent des objectifs de purs rochers dans les faces les plus raides du coin. Après une tentative infructueuse en face nord du Castle Peak, ils ouvrent 4 voies sur le Goya Peak et le Toros en repoussant à chaque fois la difficulté un peu plus loin, jusqu’au VII. Le rocher de Miyar se prête merveilleusement bien à ce jeu de partir à vue dans des fissures raides et même des toits. Souvent l’escalade ne nécessite pas un seul piton à Miyar et les voies sont enthousiasmantes dès le premier passage. Quelle bonheur de se lancer à l’aventure serein avec juste un gros jeu de friend au baudrier!

Mille Miyar de Granit
Mille Miyar de Granit

Pendant ce temps, je pars avec Muriel pour un voyage au bout du glacier de Chodong où nous jetterons notre dévolu sur une magnifique pyramide de granit au soleil que nous nommerons le Chodong Devling. Après deux jours d’approche pour remonter la vallée, nous atteignons le haut du glacier qui forme un splendide fleuve de glace bleue à partir de l’aplomb de la Neverseen Tower. Nous venons à bout du Chodong Devling en grimpant une journée entière non-stop dans une suite de splendides fissures jusqu’au 6b. Nous trouvons les traces d’une précédente tentative jusqu’au milieu de la face qui se redresse en un bastion sommital imprenable. Grâce à notre unique piolet traction, nous contournons l’obstacle par une longueur de goulotte dans un renfoncement et retrouvons le rocher quatre étoiles au-dessus. Nous arrivons au sommet couronné d’une petite calotte à la nuit tombée. La lune éclaire le serpent de glace du Chodong et les hauts sommets glacières des Ogres et du Trento peak derrière le Triple Crown. Sans matériel de bivouac et avec la météo locale pouvant virer à la neige d’une heure à l’autre, nous préférons enchainer les rappels de nuit pour rejoindre notre petite tente sur le glacier juste avant l’aube.

Mille Miyar de Granit
Vue inhabituelle du haut du glacier de Chodong depuis le Chodong Devling

Vue inhabituelle du haut du glacier de Chodong depuis le Chodong Devling

Florence arrive au sommet de l’aiguille des Nissarts

Florence arrive au sommet de l’aiguille des Nissarts

Thomas dans le superbe rocher proche du sommet du Miyar Shivling

Thomas dans le superbe rocher proche du sommet du Miyar Shivling

L’équipe des nissarts radieuse au sommet du Miyar Shivling

L’équipe des nissarts radieuse au sommet du Miyar Shivling

Notre piscine naturelle à coté du camp de base pour se délasser les jours de repos

Notre piscine naturelle à coté du camp de base pour se délasser les jours de repos

Thomas au Toros avec vue sur l’entrée de la vallée de Chodong

Thomas au Toros avec vue sur l’entrée de la vallée de Chodong

Au prise avec le splendide rocher du Goya Peak

Au prise avec le splendide rocher du Goya Peak

Au Toros les dalles sculptées permettent une escalade extérieure de qualité

Au Toros les dalles sculptées permettent une escalade extérieure de qualité

Les nombreuses traversées de torrents épiques gonflés par la fonte des glaces

Les nombreuses traversées de torrents épiques gonflés par la fonte des glaces

La rive gauche du glacier de Chodong avec le big wall du Mahindra.

La rive gauche du glacier de Chodong avec le big wall du Mahindra.

Muriel au milieu de l’immensité du Chodong Devling avec nos minuscules cordes de 60m.

Muriel au milieu de l’immensité du Chodong Devling avec nos minuscules cordes de 60m.

Un des plus beaux passages du Chodong Devling : un gros knob salvateur dans la dalle permet de passer sous le toit en libre

Un des plus beaux passages du Chodong Devling : un gros knob salvateur dans la dalle permet de passer sous le toit en libre

Toute l’équipe au lodge de Chukto au début du trek

Toute l’équipe au lodge de Chukto au début du trek

Lire la suite

Miyar climbing history - Lahaul - India - Map and castle peak routes

27 Octobre 2018 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

« Mille Miyar de Granit » s’exclamerait un capitaine Ad Hoc s’échouant à Miyar à la vue des dizaines de tours de rocher aux lignes pures en tous sens. La vallée de Miyar est une pépite au cœur de l’Himalaya indien pour qui sait apprécier le beau rocher dans l’air limpide de l’altitude. Dans la région de Lahaul, ce massif s’élève dans la chaine principale de l’Himalaya, qui sépare à cet endroit les terres arrosées de l’Himachal Pradesh, de la zone aride du Ladakh. A Miyar, on passe sans transition de la verte prairie des alpages, aux aiguilles de granit. Gerhard Schaar la décrit, lors de son voyage en 2011, comme un paradis pour l’alpiniste, avec son fond de vallée bucolique où paturent vaches et chevaux, entouré de sommets qui appellent à l’action.

Les premiers sommets de granit que l’on découvre en arrivant à Miyar donnent soudain une furieuse envie de grimper après le trek bucolique.

Les premiers sommets de granit que l’on découvre en arrivant à Miyar donnent soudain une furieuse envie de grimper après le trek bucolique.

Myiar climbing map - Un cadeau fait maison! indispensable si vous allez un jour dans le coin!

Myiar climbing map - Un cadeau fait maison! indispensable si vous allez un jour dans le coin!

La vallée de Miyar attire depuis 25 ans les grimpeurs de tous les horizons. Située sur l’itinéraire du col du kang La à 5450m, le glacier de Miyar est une voie de passage historique des populations rejoignant Padum depuis le sud avec un équipement plus que rudimentaire. En 2015 nous avons croisé un groupe de trekkeurs descendant du col avec des porteurs ladakhis qui avaient franchis les 3 jours de marche sur glacier, en fourant des journaux dans leurs bottes en plastique pour l‘isolation!

L’histoire de l’escalade à Miyar commence avec les italiens renseignés par le repérage de Paolo Vitali en 1991. Ils établissent leur camp de base au pied du glacier de Miyar, dans une zone d’alpage bucolique à 4000m, surmontée de la forteresse du Castle Peak. Ils remontent le glacier de Chodong et découvrent un eldorado de granit. Dès 1992, Massimo Marcheggiani, Mario Manica et Bruno Moretti gravissent la citadelle de la Neverseen Tower à 5800m. Ils décrivent un grand moment de bonheur lors de cette escalade avenante avec deux bivouacs sous des miyar d’étoiles. Leur voie de 800m de pur granit, cotée 6c max, reste la plus répétée de toute la vallée. Bien peu d’autres itinéraires ont été ouverts sur ce sommet, hormis Sylvia Vidal et Eloi Callado traçant la belle ligne de Mai Blau en 2005. Marcheggiani revient en 1996 pour moissonner bon nombre de première dans la haute vallée du Chodong : Paolo peak, Enzo peak, Cima Citta di Frascati. Les polonais David Kazlikowski et Michal Krol finiront plus tard d’ouvrirent les grands bigwall de la rive gauche du glacier de Chodong avec le Lotos en 2005 et le Geruda en 2007. Depuis les pionniers, de nombreuses expéditions de toutes nationalités se sont succédées à Miyar jusqu’à une apogée en 2007 et 2008 où de nombreuses premières sont tombées. En 2007 les américains Freddie Wilkinson, Pat Goodman et David Sharratt ouvrent la plus belle escalade libre de la face Ouest du Mahindra en une journée avec fixation des premières longueurs la veille : Ashoka’s Pillar (700m , 7a). L’été 2008, les Slovènes Tanja et Andrej Grmovsek réussissent enfin l’éperon sud convoité du Windows Peak par la « Changrila route » : un fil couronnant un magnifique bouclier de dalle immanquable du camp de base. La même année, pendant qu’une expédition russe siège le Mahindra pour trouver une voie directe en artif, une forte expédition de la Guarda di Finanza renoue avec l’affection des italiens pour les grandes premières à Miyar en investiguant les trois vallées principales : Dans la vallée de Tandung, ils font la première du Trento Peak et de la cime voisine Om Shanti, à Chondong ils déflorent le beau éperon ouest du Triple Crown qu’ils baptisent cime Bruno Detassis et, non des moindres, ils explorent jusqu’au glacier de Jangpar pour grimper le premier bigwall de la chaine du Devil’s Horn : la Cima Fiamme Gialle. (Vertical n°21)

Les sommets de la rive gauche du Chodong

Les sommets de la rive gauche du Chodong

Dans les années les plus récentes, les grimpeurs ont surtout exploré les sommets les plus proches du camp de base ne nécessitant pas d’approche glacière. La vallée a tendance à devenir un spot de rocher pur, certes en altitude, mais avec un bon nombre de parois accessibles à la grosse journée depuis le camp de base comme le Castle peak et ses satellites, le Toros, le doigt du James point, le Goya peak. Le retrait des glaciers facilite l’approche des sommets de proximité mais complique ceux des sommets du fond des vallées du fait de l’instabilité des moraines et de la couverture de blocs instables posés sur le bas des glaciers. La Miyar Nala s’ouvre aussi au tourisme des indiens dans leur pays et la fréquentation augmente en été avec des alpinistes et trekkeurs venus des grandes villes indiennes. L’abri de la mousson et la facilité d’accès à l’échelle de l’Himalaya attire de nombreux grimpeurs.

Le Castle Peak : un aimant juste au-dessus du camp de base, ici la grimpe plaisir est au rendez-vous. Sur les traces de Roberto Iannilli, le beau rocher du Castle Peak permet de grimper en se laissant guider par l’instinct, les traces de passages se réduisant à quelques anneaux de rappel. Les 3 sommets du Castle proposent des voies de 350m à 700m de haut. La partie basse est formée d’un bouclier de dalles ciselées qui est déjà un objectif en soi.

Topo Castle Peak

Topo Castle Peak

Lire la suite