REVALPIN

Terrain d'av au Verdon

1 Novembre 2005 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Les touristes commencent à quitter le canyon pour des lieux un peu plus chaud et les grimpeurs étrangers se font plus rares. Au bar de la Palud une bonne bande de grimpeurs tient encore tête aux chasseurs locaux: ce sont quelques niçois et les marseillais à qui l'on rend le canyon en main propre pour l'hiver qui commence.

C'est la saison privilégiée pour les voies peu équipées. Sans aucune cordée dans tout le secteur, on a l'impression de se remettre à la place des ouvreurs de ces lignes magiques. Une question se pose souvent en cherchant la trace d'un éventuel piton salvateur: mais où ils ont bien pu passer les anciens? 

   

 Le passage en 5c d'Estamporanée. C'est peut être le passage le plus dur de la voie dans une renfougne improtégeable qui met vraiment mal à l'aise.

 Dans les fameuses traversées de Virilimitée où l'on apprendra à se protéger sur lunules percées au marteau dans les gouttes d'eau. Ingénieux nos anciens! Mais on a intéret à dégainer vite fait la fine cordellette au bon moment.

 

 

 Murielle dans la première longueur de Virilimitée.

Artif sur friend pour  l'échauffement

Le plus dur est déjà fait : trouver l'attaque entre les immenses baumes du pied de la falaise 

Les longueurs mixtes d'artif / libres sont courantes dans les voies non rééquipées. Ca a son charme mais le grimpeur moderne préfère quand ça passe en libre. En tout cas, c'est long l'artif: on est sorti à la nuit. Attention à l'horaire. Qui a déjà tenu l'horaire du topo? 5h pour Virilimité : foutage de gueule ou horaire tenable en speed climbing.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article