REVALPIN

Le Giegn clef en main

16 Juillet 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila enfin quelques infos sur notre cher Mercantour.  Quelle erreur de ne  jamais être allé au Giegn (prononcer "gien"). Nous avons vraiment découvert quelque chose ce week-end. 
En étudiant un peu la carte IGN, vous vous êtes peut être dit que l'approche était trop fastidieuse. Une bonne organisation vous permettra de déguster les belles voies du Giegn sans trop de fatigue.

Les 2 voies les plus modernes sur le grand gendarme à gauche et le sommet nord ouest à droite:

DSCN1710.jpg

Tout d'abord il est fortement conseillé de passer 2 jours dans le coin pour grimper 2 voies. L'homogrimpus n'aura ainsi pas l'impression d'avoir marché toute la journée pour moins de 300m d'escalade. Le coin le plus sympa pour dormir / bivouaquer / camper est le lac de Graveirette sous le lac Nègre. En plus c'est le seul endroit où on peut trouver de l'eau à profusion. La combe du Giegn n'est pas du tout propice avec d'infame champs de bloc à perte de vue.
Après avoir poser un sac avec le matos de bivouac aux alentours du  lac,  il faut prendre son courage à deux mains pour monter sur la crête de Colombrons. Il faut monter assez haut sur la crête jusqu'à environ 2700m pour pouvoir descendre de l'autre coté dans le dernier grand couloir de bloc juste avant les tours rocheuses du Giegn plus au nord. En bas du couloir on arrive très vite au pied des tours par une traversée vers le Nord. Cette approche permet d'éviter la combe du Giegn couverte de blocs de toutes tailles.

Le soleil se lève sur le lac de Graveirette après une nuit étoilée.            
Ce lac est bien connu des pêcheurs pour ses truites. 
Il est également  très agréable de s'y baigner après l'escalade
DSCN1707.jpg
Arrivée au soleil couchant au sommet du Giegn le premier jour après une courte traversée d'arête. DSCN1701.jpg

Il vaut mieux prévoir de ne rien laisser au pied des voies. Les 2 voies modernes permettent de descendre en rappel, mais c'est plutôt en cas de soucis, car il vous faudra remonter le couloir de blocs instables pour rejoindre la crête de Colombrons. Une fois au sommet des voies, 5 min de traversée facile par une vire en face nord 15m sous la crête vous ammène à la pointe du Giegn.  De là il n'y a plus qu'à se laisser descendre jusqu'au bivouac au bord du lac, sans oublier de laisser tout le matos d'escalade à la brêche sur la crête de Colombrons où l'on est passé le matin même.
Le lendemain il n'y aura qu'à monter une bouteille d'eau bien remplie jusqu'à la crête de Colombrons pour parfaire votre connaissance des lieux sans quasiment vous fatiguer pour l'approche.
L'escalade au Giegn c'est du beau gneiss très sculté. Les dalles sont pleines de beaux cristaux qui ont résisté à l'érosion. DSCN1693.jpg
Notre ombre se découpe en grimpant sur le pilier sommital des "Tontons Limites".

La face est orientée au soleil couchant et se prète bien à une escalade tardive. 
DSCN1695.jpg
Contrairement à ce que pourrait laisser croire le topo, "les tontons limit" est plus facile que "les enfants de la brume". Dans cette dernière, la deuxième longueur est équipée par la variante en 6a à droite du toit. Mais les longueurs en dalle sont plus exigeantes que dans "Les tontons limit". Pour ces 2 voies, un jeu de coinceurs est nécessaire (moyens et petits), particulièrement des petites tailles et des cablés dans "les enfants de la brume".

Pour les voies plus anciennes, "Le dièdre Vernet" et la Dufrand au sommet nord ouest ont été sécurisée avec quelques spit de passage par le rééquipement du Mercantour. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Viking 19/07/2007 14:21

Oups! Je crois que ce n'est pas les "tordus de l'an 2000" mais plutôt "les tontons limites" au Giegn. Faudra corriger