REVALPIN

Langtang Himal

5 Novembre 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Revalpin

La météo n'a pas été notre allié durant cette expé au Népal: de belles montagnes immaculées par les neiges de la mousson, mais encore beaucoup trop de précipitations pour ce mois d'octobre 2007. L'ambiance népalaise et les paysages du trek ont eux été à la hauteur.

La vallée du Langtang est une des plus proches de Katmandou. On y accède par une journée de bus en remontant la vallée de la rivière Trisuli (la piste est souvent coupée par des glissements de terrain). Le trek commence au bout de la piste au village de Dunche ou à celui de Syabru Besi. Le bas de la vallée est du coup assez parcouru par les trekkeurs avec des lodges dans chaque village. Il faut 3 ou 4 jours pour monter dans cette vallée très encaissée jusqu'au dernier village : Kyangjin Gompa.

Le Langtang Lirung vu depuis le chemin d'accès aux lacs sacrés de Gosaïkund.        
C'est le plus haut sommet de la vallée du Langtang à  plus de 7200m.
Le trek d'accès au Langtang passe au pied de ce géant qui garde l'entrée de la vallée.     
DSCN2085.JPG
Et voila les Yak :incontournables animaux des alpages népalais.

Heureusement qu'ils sont là pour pouvoir trouver un peu de fromage au fond de la vallée. La fromagerie de kyangjin nous aura bien dépanné.
DSCN2165.JPG
 Le Gangchenpo (6380m) se met à fumer.

C'est une autre montagne emblématique du Langtang. Le triangle mixte à droite du sommet présente de belles goulottes. Mais l'enneigement important de sa face nord à déjà fait renoncer plusieurs expés.
DSCN2188-copie-1.JPG


L'objectif initial était le sommet principal encore vierge du Langshisa Ri à 6450m. C'est un sommet ouvert aux alpinistes depuis 2004 dans la liste des Trekking Peaks. Le prix du permis n'est donc pas trop cher. Pourtant il n'a rien d'un sommet facile et les 2 expés des années passées s'y sont cassés les dents: un groupe de Japonais a été victimes d'avalanches et des Coréens avaient déjà tentés ce sommet.


Langshisa-Ri.jpg Voila le versant ouest du Langshisa Ri tel qu'il apparait au fond de la vallée du Langtang, juste après une chute de neige de plus.
DSCN2271.JPG Une vue de la face sud du sommet principal depuis le glacier supérieur. Même les couloirs de gauche sont barrés par des rochers lisses... pas facile. .
Notre tente sur le glacier supérieur avec vue sur le labyrinthe des crevasses.

Après une matinée de repérage depuis le camp haut, il faut se rendre à l'évidence: nous avions sous estimé les difficultés. Le sommet ne passe pas directement et la voie la plus facile nécessite de monter d'abord à une antécime à 6100m sur l'arête principale menant au sommet. Il faudrait revenir avec 2 ou 3 j de nourriture de plus pour pouvoir faire encore un camp au sommet du dôme à 6100m. Nous ne sommes pas très motivé pour faire un aller / retour au camp de base après ces 2 journées passées à porter le matos tout la haut. Finalement la météo décidera pour nous, car une grosse période de mauvais temps décide le replis au camp de base en écoutant gronder les avalanches.

DSCN2275.JPG
Une vue sur le col où l'on avait fait le premier camp haut, au pied de l'aiguille rocheuse ensoleillée.

En arrière plan c'est encore un sommet vierge du coin: face nord de l'Urgyenmang à 6150m.


L'accès  au camp de bas du Langshisa-Ri n'a pas été sans encombres. Ici la traversée de la Langtang khola avec les porteurs: Après une journée pour chercher un passage, on a bien cru qu'il serait impossible de traverser cette rivière... DSCN2237.JPG
   
Vue de la face Nord/ Est du Gangchenpo depuis le Langshisa Ri.
Une goulotte paraissait jouable dans la pyramide de droite. Nous avons installer un camp à son pied quelques jours plus tard, en vain.
DSCN2281.JPG

Puis un gros épisode de mauvais temps a déclenché le sauve qui peut. Même au camp de base plus personne n'était serain. Tout le monde s'est réfugié, pour la dernière nuit, dans une grotte à l'abris d'éventuelles coulées de poudre.
Le site du camp de base après la neige. Dès la première éclaircie on plie les bagages et on rentre vers le confort du lodge de Kyangin Gompa par une énorme journée de descente. DSCN2318.JPG

Une fois reposé à Kyangjin, une dernière tentative parait jouable sur un sommet juste au dessus du village. La face sud du Tsangbu Ri (6700m) est impressionnante. Un véritable défi pour le 22ème siècle avec une barrière déversante soutenant le haut du pic. Son arrête sud descendant vers Kyangjin est hérissé de pointes toutes autant imprenables. Pourtant un cheminement parait possible dans la face sud de la dernière d'entre elle (atteignant quand même 6100m) qui est beaucoup moins plâtrée. Nous partons donc vers le pied du Tsangbu Ri pour une tentative de plus.

DSCN2368.JPG L'arrête sud du Tsangbu Ri, hérissée de pointes vertigineuses.

Nous avons tenté la première à droite par le long éperon descendant vers la gauche, bien marqué en son centre par un raide ressaut rocheux noir.
DSCN2336.JPG Nous sommes juste en face du versant Est du Langtang Lirung avec ses séracs qui s'écroulent à tout moment. Quelle ambiance!!
DSCN2361.JPG En voila une grande piscine, juste en dessous de notre camp de base avancé sur la moraine du glacier descendant du Langtang Lirung.

Nous voila parti dans cette face du Tsangbu Ri par une nuit, puis une journée qui commençait bien. Les premiers murs rocheux s'escaladent facilement et le gros ressaut noir central se laisse contourner par une goulotte assez pratique. Seulement c'était sans compter avec la neige qui s'invite une fois de plus vers 12h et qui tombe de plus en plus fort. Nous avons pris pied sur l'arête neigeuse qui mène maintenant plus facilement au sommet encore 700m plus haut. Mais avec ce mauvais temps, il n'est plus possible de continuer en sécurité. Nous ne pouvons pas non plus attendre le lendemain en espérant une accalmie car nous n'avons pas de tente ni duvet.  Le  style alpin extra litgh ne supporte pas le mauvais temps. Nous avons emporté tout au plus de quoi faire un mauvais bivouac au cas où, comme dans les Alpes!!! Quitte à devoir redescendre, autant le faire tout de suite. Finalement on se félicitera de cette décision car il neigera toute la nuit suivante et les gelures n'étaient déjà pas loin.

Le bombé glacière  que l'on franchira par la droite pour atteindre le haut du ressaut rocheux et prendre pied sur l'arête neigeuse. DSCN2351.JPG

Les milles et un rappels pour redescendre la goulotte  gravie le matin même. Vive les abalakofs!

DSCN2347.JPG

Après l'aventure alpinistique, il reste l'aventure du trekking pour rentrer à katmandu. Nous avions prévu de quitter la vallée du Langtang en passant le col du Ganga La à 5100m. Seulement les multiples chutes de neige ont rendu ce chemin difficilement praticable pour les porteurs, et il faudra être très convaincant pour franchir ce col. Heureusement une équipe de trekkeurs était passé par là, dans l'autre sens, quelques jours avant. Sous la neige fraiche, une vieille trace durcie nous à permis de passer le col avec les népalais mal chaussés. 

DSCN2167.JPG
Le col du Ganga La vu du sommet du Tsergo Ri au dessus de Kyangjin Gompa.

Quand on devra le franchir la neige arrivera en bas de la photo!!

 

La dernière pente avant le col.

Nous sommes montés au col en 2j depuis Kyangjin. Les 400 derniers mètres de dénivelés auront été gagnés petits à petits en taillant des marches au piolet pour que les porteurs puissent passer avec leur baskets
DSCN2394.JPG
Toute l'équipe heureuse au col avec les 2 porteurs à gauche, le cook et son grand sourir au centre et Muriel et Moi à droite.

Il manque notre guide népalais ( Tulsi ) qui prend la photo.
DSCN2400.JPG
Vue de la vallée du Langtang  depuis le col du Ganga La.

On voit même le versant Népalais du Shishapangma qui est le 8000m le plus proche.
Vue-Ganga-La.jpg

Derrière le col, une descente de 4 jours nous a fait traverser tous les étages de végations en passant par les alpages, la jungle, les champs de millet et d'orge, puis les rizières. Cette descente par les collines de l'Helambu nous aura permis un retour en douceur vers la civilisation. Nous sommes arrivés à la route à Mélanchipul Bazard. Encore 5h de voyage sur le toit d'un bus et c'est le retour dans le brouaha de Kathmandou.

Les moines  de l'Hélambu ont mis leurs beaux habits pour la fête de Dasain. Tout le Népal était en fête à cette occasion: Nous avons trouvé les maisons et les voitures décorés en rentrant à Kathmandou fin octobre.
Un des multiples "Stupa" de l'Helambu qui est une région fortement marquée par le Bouddhisme: Bouddha en or et  autre "chorten" ne manquaient le long du chemin.

Pour l'organisation de l'expé depuis Kathmandou, nous sommes passés par Trinetra. Cette petite agence népalaise francophone s'est révélée très efficace et coopérative pour l'organisation de notre expé sur mesure pour 2 personnes. Merci à eux et surtout à notre guide "Tulsi" sans qui l'organisation du travail des porteurs aurait été impossible.
Si vous voulez plus d'info sur le Langtang pour partir grimper là bas, n'hesitez pas à m'envoyer vos questions. Merci d'ailleurs à Hervé Qualizza et Mickaël Dubois pour toutes leur précieuses indications qui nous ont aidés à organiser ce voyage.

Commenter cet article