REVALPIN

Coup de froid en altitude

16 Juillet 2008 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

C'est le résumé d'un week end du 14 juillet plutôt frisquet en montagne, du moins pour les niçois que nous sommes. Les feux d'artifices étaient bien là avec un festival d'éclairs, mais pas la grande chaleur.
Pourtant tout avait bien commencé à Estenc où nous sommes allés visiter la grande barre rocheuse à gauche du site d'escalade du saut du Var.
Une grande voie, tout équipée, traverse la barre de rocher jaune, resplendissante au soleil du matin: "La Rhubarbe". On trouve le topo sur le site de Basile et Odilon originaires d'Estenc. Il faut bien dire que L2 et L3 sont en rocher particulièrement médiocre. Mais le reste est potable et l'itinéraire a le mérite d'être la seule "grande voie" clef en main du Haut Var. La voie franchit la conque délitée de la falaise en suivant une rampe plein gaz! Astucieux. 
 Le 2ème relais dans la Rhubarbe à Estenc.
 
On n'a pas vu trace de cette plante aux tiges violacées caractéristiques. Dommage, j'adore la rhubarbe en compote ou en tarte.

Le foirage grimpistique est arrivé en même temps que le froid et le temps couvert en Ubaye. Rajoutez à cela une voie assez paumatoire dans une paroi encore humide des pluies de la veille et le but n'est plus très loin. Décidément l'Ubaye est la destination à réserver pour les périodes de grosses chaleurs.
Avec un super souvenir de grimpe dans "Festival" et "Hurlevent", nous sommes retournés au Sommet Rouge dans le vallon des Ouerts. L'ambiance est toujours aussi fantastique en montant dans ce vallon où l'on découvre la grande paroi invisible de la vallée.

La voûte en pierres ancestrales de la cabane des Ouerts qui nous a  protégé pour la nuit du vent glacé du nord et des orages.
 Les premières longueurs dans le rocher parfait de "le hasard ou la nécessité" avant de se paumer et de renoncer à continuer.


 
La face Est du sommet Rouge passe assez vite à l'ombre dans la matinée et peu devenir glaciale si le vent s'en mêle. Les ouvreurs du "Dièdre de Hurlevent" ont probablement dû en faire l'expérience pour laisser un nom de baptême pareil. L'itinéraire est pourtant bien abrité par un pilier proéminent et une longueur passe même par les entrailles de la paroi.

Le lac vert porte bien son nom avec ce temps tout gris. Au fond la pointe des Ouerts attend le randonneur avide de site sauvage où l'on ne croise pas âme qui vive.

Commenter cet article