REVALPIN

Plein large à la Ciotat

30 Avril 2007 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Vous voulez tester un peu les préhensions sur une falaise de grès? Vous avez envie de rocher nouveau, de grandes voies sur du rocher exotique? Avant de penser à partir vers la Jordanie, allez faire un tour vers la route des Crêtes du Cap Canaille à La Ciotat. C'est pas le grès rose des Vosges, ni le grès compact d'Annot. C'est comme nul part ailleurs.

Sur le topo de la Ciotat, la voie la plus haute de la falaise donne bien envie. C'est "L'ombre du néant".

Le début de la première longueur qui va nous donner un peu de fil à retordre. 2 friends moyens/gros permettent de passer en artif. 

Pour la suite, c'est un voyage géologique de 240m: beaucoup de grès plus ou moins fragile, du poudingue et du calcaire pour finir. Le tout est assez bien pourvu de ring pour compenser le rocher fragile.                                              

Le pied de la falaise s'atteind en rappel comme au Verdon puisque l'on est garé en haut. Ensuite ne pas descendre de si bon matin vers les plages nudistes, mais longer la falaise vers la Ciotat. L'attaque se situe peu après une épave de voiture des années 60 qui a du "tomber" par inadvertance du haut de la falaise.

Du rocher un peu (pou)dingue, avec des lunulles, une surface en nid d'abeille avec autant de prises que d'alvéoles, les patates rondes enchassées dans le poudingue pour varier les préhensions et même des sortes de tafonis.

Question pratique, la voie est à l'ombre jusqu'à 13h. Si il fait très chaud, il est possible de quasiment tout grimper à l'ombre en partant tôt ou inversement si c'est l'hiver. Pour ceux qui voudraient éviter le 6c retord de la première longueur, il est possible de ne faire que la moitié supérieure de la voie en accèdant facilement par 2 rappels et une traversée sur vire.

"A l'ombre du Néant" c'est une envolée au dessus de la Méditerranée avec bien souvent des bacs insolites dans les mains.

 

 Merci à Pierrot Coquillon et ses collègues pour l'équipement de cette voie qui nous a fait passer une journée au dessus de la grande bleue à peine troublée par le passage des scooters des mers au loin.

Commenter cet article

Viking 14/05/2007 18:06

Merci pour la rectification. C'est vrai que je ne suis pas un spécialiste de l'histoire de l'escalade Calancienne.J'espère que tu as trouvé ton bonheur pour le Mercantour. C'est vrai qu'il n'y a pas énorméement d'info sur les voies d'escalades du Mercantour ( va falloir y remédier cet été) mais tu peux déjà trouver des infos sur quelques voies de la Cougourde et sur les voies du massif de l'Argentera coté italien dans le menu "escalades".Bonne grimpe par chez nous.

Eric 14/05/2007 13:47

Bonjour,En cherchant des renseignement sur le Mercantour, je suis arrivé sur ton blog.Un léger rectificatif :La voie s'appelle "L'Ombre du Néant".Cette voie a été ouverte par Pierrot Coquillon. Et non par Coquillat et Catsoyannis.Bonne journéeEric (un des ouvreurs)