REVALPIN

Bien dans son 06

7 Décembre 2009 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Il y a des fois où on se sent particulièrement bien dans son département, des fois où les conditions semblent parfaitement réunies pour nous gâter. On ne voudrait alors être nul part ailleurs.
Pour nous c'était le cas ce Week end.
Samedi, la montagne s'est parée de blanc et la trace profonde de montée laisse présager une première descente de la saison au top.

Nous avons fait du "hors piste" dans la station encore endormie d'Auron. Quel clame en partant du front de neige d'habitude si bruyant. On monte au col de Chalvet, puis c'est la grande sauvagerie. Plus une trace d'âme qui vivent dans les montagnes qui se découvrent derrière. Et puis, il y a ce décors hivernal tout blanc, auquel on n'est pas encore tout a fait habitué.
On choisit de faire un aller/retour en face sud/ouest de Las Donnas pour profiter du versant inondé de soleil versant Roya. Que du plaisir!

 Les premiers virages de l'année, et Mumu en a déjà par dessus les genoux en face sud de la cime de Las Donnas.

 Mathieu attaque à fond, déjà presque les grandes courbes au bout de 20 virages.
Il faut dire que la neige légère de samedi pardonnait assez bien la fragilité de nos réflexes pas encore trop habitués aux sports d'hiver.
 

Finalement il y avait assez de neige pour se faire bien plaisir sans faire une seule rayure aux skis. Mais heureusement que le fond est souvent herbeux dans le coin, car on touchait quand même par ci par là sur les gros appuis.
Et puis ce qu'il y a de bien, c'est que les premières descentes durent longtemps quand on n'a pas encore les cuisses pour enquiller plusieurs centaines de mètres de déniv d'un coup.

Mat et Mumu, de retour au col du Chalvet, se délectent déjà de la deuxième descente qui nous attend sur Auron.

Elle sera tout aussi démente avec de la poudre très froide.

Dimanche, grand contraste. Nous sommes allés visiter la "Petite bête qui monte" à la Mescla. Comment résister à la tentation? Une voie ouverte en novembre par des copains pas loin de la maison. En plus c'est du terrain d'av... Le pied! Profitons en, tant que notre profil de grimpeur ne s'est pas mis en léthargie pour l'hiver.

 Dans L3, le rocher devient vraiment bon.

Non, non, ce n'est pas le Verdon en bas, mais bien notre cher Var qui descend jusqu'à Nice.

Plus on monte dans la voie, plus le rocher est beau. Il ne faut pas se laisser décourager par l'approche un peu technologique et les premiers 30m au rocher trop marneux. La suite le vaut bien. Le bruit des voitures de la 202 donne à la falaise un air un peu urbain. Mais une fois concentré dans la grimpe, l'aventure et les émotions sont au rendez vous à chaque mètre.  Et dieu sait ce qu'il faut comme concentration et maîtrise de sois dans cette voie.


 La longueur la plus facile dans un mur très sculpté en dalle.

Mais rassurez vous, vous n'aurez pas le temps de vous refroidir. Car il faut serrer les prises bien comme il faut pour ne pas faire le fly du siècle sur quelques micro friends.

Bon, il faudra revenir avec beaucoup de motivation pour le toit en 7b du haut, mais les longueurs qui précèdent nous ont déjà bien rassasiés. Surtout que les longueurs sont assez intenses. Il faut surement quand même une bonne marge sur les cotations indiquées pour grimper cette voie. Et ne tirez pas sur tout ce qui bouge! Bref cette voie est une beautée difficile, comme ces femmes parfois aguichantes qui donnent du fil à retordre aux séducteurs de tous poils.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas Féraud 08/12/2009 18:08


salut Viking,

on dirait que la voie t'a plu. Tant mieux!

Si tu veux ajouter/modifier des infos sur le topo de cette escalade tiens moi au jus et je le modifie.