REVALPIN

Fantasme d'Ailefroide suite et fin

19 Septembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Voila la suite du récit de l'ascension du Pilier des Séracs à la face nord de l'Ailefroide.  C'était il y a maintenant 3 jours, dans le "Grand Oisan Sauvage", comme le dit Nico. Et ce n'est pas peu dire, quand on fréquente l'Oisan hors juillet et août: J'étais seul ce jour là sur tous les versants nord du glacier noir et je n'ai croisé personne nom plus dans la descente par la vallée du Sellé avant d'arriver à 30 min du camping d'Ailefroide!  D'ailleurs le glacier et les névés de l'Ailefroide Orientale (course en principe fréquentée!) n'était même plus tracés après 10 jours de beau temps!

 

Sans titre 1

Me voila dans les pentes du glacier suspendu de l'Ailefroide. La vue splendide se dégage de tout coté.

 

Ici le Pic Sans Nom nous montre son profil le plus séduisant pour les grimpeurs avec les grandes murailles de sa face Nord et Ouest.

 

Sous les pieds, la pente est fuyante jusqu'au glacier très très très loin.

Du coup je préfère regarder toujours vers le haut pour cheminer au mieux entre les bandes de glaces et vérifier chaque ancrage de mes piolets.

 

En effet les pentes de glaces se révéleront le passage le plus difficile à cause des conditions sèches de fin d'été. Une fine couche de neige recouvrait à peine la glace vive du glacier. Au bout de 50m j'avais déjà les mollets en feu! 

DSCN8906

 

Sans titre 2

Du coup je dois changer un peu l'itinéraire prévu. Car la traversée vers la droite pour rejoindre l'arête de Coste Rouge est vitrifiée.

 

Je décide donc de monter par une goulotte droit au dessus du glacier suspendu qui a fait couler un peu plus de neige fraîche sur la glace. On voit la goulotte déboucher sur l'arête juste à gauche d'une tour au milieu de la photo.

 

La rimaye du glacier suspendu est la seule crevasse que j'aurais à franchir dans toute la course. Heureusement elle est bien bouchée dans l'axe de la goulotte sommitale.

DSCN8915

 

DSCN8918

J'arrive sur l'arête de Coste Rouge 100m sous le sommet. Et je découvre le versant Nord Ouest coté Bérarde avec les fameuses plaques de glaces de la "voie des plaques". Quelle ambiance sur cette arête entourées d'itinéraires mythiques!

 

C'est sûr; je reviendrais faire cette arête de Coste Rouge depuis le bas. C'est une sacrée trouvaille du célèbre Angélo Dibona, qui a ouvert ainsi en 1913 le premier itinéraire au milieu de la face nord des Ailefroides.  

 

DSCN8923  Encore une vue proche du sommet de l'enfilade Pic du coup de Sabre, Pic Sans Nom, Pelvoux : on ne s'en lasse pas. Et à leur pied coule l'invisible glacier Noir recouvert de tonnes de rochers. 

 Autoportrait au sommet de l'Ailefroide Centrale à 16h.

 

J'ai fait une bonne pause de 30 minutes là haut pour admirer le paysage au milieu de la zone préservée des Ecrins. Pas une rotation d'hélico, pas un bruit, seul le craquement d'un sérac de temps à autre. Et  seule habitation en vue: le refuge du Carrelet est très très loin et minuscule au fond de la vallée de la Bérarde.

DSCN8933

  Le lendemain voila le refuge d'hiver du Sélé au milieu de son cirque de montagnes du bout du monde.

 

J'étais bien content de trouver cette fidèle cabane pour dormir en arrivant la veille à la nuit tombée après 17h de course depuis le Pré de Mme Carle!!

 

DSCN8936

 

Je prends le chemin de retour vers la vallée, les jambes chargées d'acide lactique, mais la tête pleine de sauvagerie et le corps dopé pour plusieurs jours de cette sensation grisante d'avoir vécu intensément chaque seconde, concentré dans l'action pendant de très longues heures.  

 

Plus que deux mois à patienter pour retrouver un terrain de Haute Montagne à portée de la maison quand le Mercantour se couvre de blanc.... Et nombreuses escalades à partager encordé à venir.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D@vid 20/09/2011 16:10



Waouw, du grand art, Viking !


Et passionnant à lire de surcroît.


A+



Nicolas Féraud 19/09/2011 22:35



super Thibaut, belle aventure solitaire rondement menée. Encore un bravo!