REVALPIN

Pic Sans Nom par la voie Kelle

30 Août 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Avec la chaleur torride de la semaine dernière à Nice, nous avions prévu de dormir le week end dernier à la belle étoile au coeur de "l'Oisan Sauvage", pour la grande ascension de l'été avec Patrick.

Sur la route, en passant au col de la Bonnette, le thermomètre indique 1°C samedi matin et nous croyons deviner un peu de neige fraîche sur les sommets de l'Oisan. Il n'en faut pas plus pour rebuter 2 niçois de passer la nuit dehors. Raoul, le gardien du refuge du Sélé, nous conseille le versant sud-ouest du Pic Sans Nom pour se dorer au soleil en altitude.

 

Sans titre 2 A droite du coup de Sabre, se dresse la forteresse du Pic Sans Nom et son épaule Ouest.

 

Une voie de Philippe Kelle remonte l'épaule ouest. Le nom de l'ouvreur nous garanti une escalade de qualité.

 

DSCN8813  Sur le glacier du Coup de Sabre, nous voila déjà en haute montagne. Le soleil se lève, nous promettant une journée à la météo splendide pour ce dernier dimanche du mois d'août.

 

Nous savons que la journée va être longue au vue des horaires à rallonge indiqués sur le topo. Mais ça tombe bien, nous voulons nous immerger en haute montagne pour profiter encore un peu de l'été qui tire à sa fin.

 

 Dés le début, le rocher est splendide sur le pilier au dessus du glacier: un granit un peu rouge de premier choix.

 

Les chaussons d'escalade sont les bienvenus dès les premières longueurs, qui paraissent plus dures que sur le topo quand il fait froid et que le sac à dos pèse sur les épaules.

 

 

DSCN8821
DSCN8828

Plus on monte, plus la paroi semble haute.

 

On dirait qu'il reste du chemin jusqu'au sommet. Par où ça passe?

 

Patrick au prise avec les belles cannelures de granit du 2ème pilier rouge. C'est certainement les longueurs les plus belles de la voie, très très raides pour le petit 4+ indiqué sur le topo.

 

 

DSCN8838

Et c'est reparti sur le fil de l'éperon, pour une longueur de plus de granit génial.

 

Dans cette muraille d'Oisan au rocher hétéroclite, il fallait une sacrée expérience pour trouver une ligne d'ascension en bon rocher au moins dans les sections raides.

DSCN8836

Il y a très peu de matériel en place dans cette voie d'escalade de 1967: 4 pitons, 2 coinceurs coincés, quelques sangles jaunies, mais nos friends modernes font merveilles dans les fissures.

DSCN8840

Bien plus haut au dessus du glacier, nous cherchons un passage vers le sommet de l'Epaule Ouest.

 

Pour franchir le bastillon sommital de 100m sous l'épaule, nous nous sommes perdus dans une cheminée 10 m à droite de la voie "On est pas là pour se faire engueuler".

Après une première longueur oblique, la cheminée devient profonde et sordide avec des flancs lisses recouverts de glace. Une seule solution: poser le sac, se faire le plus mince possible, ramoner jusqu'à un bloc coincé, faire un pendule depuis le bloc pour sortir du fond de la cheminée et récupérer quelques prises déglacées sur son flanc droit et sortir au sommet!! Heureusement que j'avais expérimenté une solution similaire dans le Mercantour cet hiver à la goulotte Chéré, sinon c'était demi tour!

DSCN8847 DSCN8851
Puis une grande course d'arête nous attend jusqu'au sommet du Pic Sans Nom. Les passages en face Nord, sont déjà un peu mixtes.   Suspendus au dessus des abîmes du glacier noir.

 

 Summit à 3913 m, le souffle est un peu court.

 

Encore une ou deux chutes de neige et les goulottes des Ailefroides sont en conditions derrières!

DSCN8864
DSCN8869

Belles lueurs du soir sur le glacier après une descente express de la voie normale du Pic sans Nom.

 

Le gardien du refuge de Pelvoux nous attend. Nous arrivons à la tombée de la nuit au refuge, la tête remplie de piliers et fissures rocheuses, seul au monde pendant 15h de bambée en montagne.

 

Bravo à toi Patrick, pour ce baptème du feu dans une grande course alpine.

Commenter cet article