REVALPIN

Solitude au Gien

16 Juillet 2010 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades

Une grande journée de montagne jeudi avec Brigitte et Mumu pour rendre visite à la forteresse du Gien. La marche d'approche conséquente est à la hauteur de la qualité de l'escalade. En plus, il reste de la neige dans les couloirs ouest permettant de franchir la crête de Colombron, ce qui ne facilite pas l'approche en ce mois de juillet. Mais le granit à knob du Gien le vaut bien: un régal pour l'escalade.

 

DSCN3520

Les aiguilles du Gien vues de profil.

 

Le dièdre Vernet est visible juste entre l'ombre et le soleil.

 

Encore un petit névé au pied de certaines voies.

 

 

vernet

Nous avons grimpé le dièdre Vernet.

 

C'est une classique assez majeure dans le niveau de difficulté rencontré: facile mais diablement raide et gazeux.

 

Le dièdre suit une veine de quartz formant de grosses prises franches de cristal blanc.

DSCN3541

 Tout le monde ayant la forme, nous sommes sortis par "les enfants de la Brume" dans le haut de la voie.

 

Cette voie propose une sortie directe du dièdre Vernet au dessus de la vire médiane, dans du rocher merveilleux.

 

Vous voulez une journée seule au monde sur du rocher parfait: allez au Gien! Et en traversant la zone humide du lac de Gravierette ne trainez pas, c'est bourré de moustiques affamés! De manière général, le Mercantour est assez humide en ce mois de juillet et la neige qui n'a pas fini de fondre gonfle les torrents et fait déborder les lacs.

 

 Une dernière photo de l'ambiance détendue pour la route.

Derrière les filles, on voit la fameuse aiguille décollée en haut du Gien: un vrai nichoir à Choucas qui vivent là dedans en bande!

DSCN3542

Commenter cet article