REVALPIN

Articles avec #voyages tag

Gangstang ascent in Lahaul - India

30 Août 2019 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Voici un reportage de notre petite expédition en Inde en juillet 2019, où l'on a fait une cure de neige et glace pendant que la canicule sévissait en France. L’Himalaya indien était très enneigé ce printemps. Les skieurs de Manali nous ont dit avoir skié comme jamais en mai et juin le long de la route du Rothang Pass. En juillet, il restait encore des wagons de neige en altitude à partir de 4000m, ce qui n'est pas habituel sous les tropiques. Du coup, nous avons essayé d'en profiter pour réaliser de belles courses de neige et glace au dessus de Keylong, pour finir par l'ascension du diamant de glace du coin : Le Gangstang 6150m.

A Manali, la Gompa boudhiste est supebement entretenu par le flot de réfugiés du Tibet, qui ont trouvé en Inde un pays accueillant et respectueux de leur croyance.

A Manali, la Gompa boudhiste est supebement entretenu par le flot de réfugiés du Tibet, qui ont trouvé en Inde un pays accueillant et respectueux de leur croyance.

Le Boudha est partout dès que l'on traverse le Rothang Pass. Au Lahaul et au Ladak les boudhistes sont en majorité.

Le Boudha est partout dès que l'on traverse le Rothang Pass. Au Lahaul et au Ladak les boudhistes sont en majorité.

Muriel, en parfaite guide touristique, sur le toit d'un monastère troglodite

Muriel, en parfaite guide touristique, sur le toit d'un monastère troglodite

La carte de notre trekking depuis Zanskar Sundo. 2 demi journées de marche avec des mules nous amènent très rapidement à un camp de base usité par les expéditions anglaises qui ont fait la première du Saravsati en 2010 puis qui y sont retournés plusieurs fois. Le camp de base est au pied d'un long glacier sans non, descendant du Gangstang que l'on nomera le "windy glacier" à cause des vents catabaltiques qui le descendaient en permanence.

La carte de notre trekking depuis Zanskar Sundo. 2 demi journées de marche avec des mules nous amènent très rapidement à un camp de base usité par les expéditions anglaises qui ont fait la première du Saravsati en 2010 puis qui y sont retournés plusieurs fois. Le camp de base est au pied d'un long glacier sans non, descendant du Gangstang que l'on nomera le "windy glacier" à cause des vents catabaltiques qui le descendaient en permanence.

Photo de David Bingham au sommet du Saravsati en 2010 avec la pyramide du Gangstang derrière.

Photo de David Bingham au sommet du Saravsati en 2010 avec la pyramide du Gangstang derrière.

Notre micro équipe réuni à Keylong avec de gauche à droite : Olivier, Muriel, Kamal notre guide/sherpa/manager indien, Thibaut et Raju l'indispensable cuisto d'expé.

Notre micro équipe réuni à Keylong avec de gauche à droite : Olivier, Muriel, Kamal notre guide/sherpa/manager indien, Thibaut et Raju l'indispensable cuisto d'expé.

Camp de base - home sweet home...

Camp de base - home sweet home...

On aménage une tyrolienne pour traverser le torrent furieux sortant du glacier.

On aménage une tyrolienne pour traverser le torrent furieux sortant du glacier.

Acclimatation avec vue XL sur la vallée où l'on croisera même les très rares ibex de l'himalaya (comprenez des bouquetins)

Acclimatation avec vue XL sur la vallée où l'on croisera même les très rares ibex de l'himalaya (comprenez des bouquetins)

Un beau sommet pointu, accessible par une splendide pente de glace à 50° attire notre attention, nous y serons dans quelques jours. Tous les sommets visibles sur la photo sont probablement vierge de toute ascension pour vous donner une idée de la fréquentation des lieux, même les dômes glaciaires frisant les 6000m au fond!

Un beau sommet pointu, accessible par une splendide pente de glace à 50° attire notre attention, nous y serons dans quelques jours. Tous les sommets visibles sur la photo sont probablement vierge de toute ascension pour vous donner une idée de la fréquentation des lieux, même les dômes glaciaires frisant les 6000m au fond!

Allons visiter cette splendide montagne sauvage - aucun récit d'ascension de ce coté et aucune trace de passage.

Allons visiter cette splendide montagne sauvage - aucun récit d'ascension de ce coté et aucune trace de passage.

La pente, qui paraissait courte vue de notre camp avancé, se révèle faire plus de 600m de haut!

La pente, qui paraissait courte vue de notre camp avancé, se révèle faire plus de 600m de haut!

Le vide se creuse et le mauvais temps nous arrive dessus.

Le vide se creuse et le mauvais temps nous arrive dessus.

Olivier au relais dans les murs de glace à 50° qui ponctuent la pente.

Olivier au relais dans les murs de glace à 50° qui ponctuent la pente.

On fait de mi tour, en rappel tout du long, 50m sous le sommet à cause du vent qui forci et qui nous congèle rapidement. Le sommet est donc toujours vierge! Avis aux amateurs!

On fait de mi tour, en rappel tout du long, 50m sous le sommet à cause du vent qui forci et qui nous congèle rapidement. Le sommet est donc toujours vierge! Avis aux amateurs!

Après deux jours de repos au camp de base, nous voila d'attaque pour repartir dans l'oxygène rare.

Après deux jours de repos au camp de base, nous voila d'attaque pour repartir dans l'oxygène rare.

On monte doucement en deux jours le long "windy glacier" menant au pied du Gangstang

On monte doucement en deux jours le long "windy glacier" menant au pied du Gangstang

Et soudain apparait le monstre de glace, hyper esthétique

Et soudain apparait le monstre de glace, hyper esthétique

Nous posons un camp au col à 5500m permettant de rejoindre la voie normale montant du coté sud.

Nous posons un camp au col à 5500m permettant de rejoindre la voie normale montant du coté sud.

Nous restons deux jours à ce col avant de monter au sommet, pendant lesquels je trouve le moyen de tomber malade d'une bronchite. Heureusement la vue est superbe pour patienter, ici vue sur le gangstang glacier.

Nous restons deux jours à ce col avant de monter au sommet, pendant lesquels je trouve le moyen de tomber malade d'une bronchite. Heureusement la vue est superbe pour patienter, ici vue sur le gangstang glacier.

Au nord la vue est dégagée sur le début du Zanskar

Au nord la vue est dégagée sur le début du Zanskar

La pente finale du Sarasvati pour les amateurs

La pente finale du Sarasvati pour les amateurs

Le Gangstang vue du camp haut, nous monterons par l'arête de gauche, la plus facile

Le Gangstang vue du camp haut, nous monterons par l'arête de gauche, la plus facile

Au départ le jour du sommet

Au départ le jour du sommet

La météo est incertaine mais on tente car il n'y a plus rien à manger et il faudra bientôt descendre.

La météo est incertaine mais on tente car il n'y a plus rien à manger et il faudra bientôt descendre.

La vue est rapidement XL sur les glaciers

La vue est rapidement XL sur les glaciers

Sur l'arête suspendue au dessus des deux méga versant.

Sur l'arête suspendue au dessus des deux méga versant.

Surpris par l'arrivée au sommet dans le nuage .... plus moyen de monter plus haut, on y est!

Surpris par l'arrivée au sommet dans le nuage .... plus moyen de monter plus haut, on y est!

A la descente la neige commence à être pourrie et on se met sur les fesses dans les zones de neige les plus profondes.

A la descente la neige commence à être pourrie et on se met sur les fesses dans les zones de neige les plus profondes.

Voila quelques souvenirs qui se transforment déjà en rêve le soir dans la tente du camp de base.

Voila quelques souvenirs qui se transforment déjà en rêve le soir dans la tente du camp de base.

Mille Miyar de Granit

27 Octobre 2018 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

En septembre 2015, nous débarquons à Miyar à l’initiative de ma femme Muriel, pour 3 semaines de grimpe. Nous aurons l’occasion de grimper sur 4 sommets par des voies d’escalade splendides : Toros, James Point, Castle Peak, Lotos. En se laissant guider par l’intuition et le plaisir de la grimpe, nous tombons facilement sur des enchainements de cannelures de granit et de fissures aux bords fournis en knobs géants. C’est donc sans aucun mal, que Florence Cotto, Antoine Rolle et Thomas Auvaro se laissent séduire par un voyage en Inde en août 2017 pour nous accompagner, avec comme objectif premier l’éperon élancé de plus de 1000m d’une aiguille évidente surmontant le camp de base. Ce sommet, resté ingrimpé incroyablement longtemps, domine l’itinéraire de trekking du kang La. Il s’agit du premier sommet de plus de 5700m d’une longue crête séparant le glacier de Jangpar de celui de Chodong. N’ayant pas connaissance des ascensions pérécédentes, nous l’appelons le « Miyar Shivling » en référence aux nombreux sommets emblématiques des massifs indiens portant ce nom évoquateur du sexe de Shiva.

Petit grimpeur dans l’immensité, le 2ème jour de grimpe au pilier ouest du Miyar Shivling

Petit grimpeur dans l’immensité, le 2ème jour de grimpe au pilier ouest du Miyar Shivling

Merci au magasin Chullanka Antibes pour son soutient matériel permettant d'alléger le budget d'un tel voyage

Merci au magasin Chullanka Antibes pour son soutient matériel permettant d'alléger le budget d'un tel voyage

Les niçois en vadrouille :

En août 2017, nous sommes les seuls grimpeurs à Miyar. Nous installons notre camp au niveau du front de moraine du glacier de Miyar pour être au plus proche du Miyar Shivling. Après une petite voie d’acclimatation au Goya Peak pour faire connaissance avec le rocher avenant, la jeunesse niçoise est déjà dans les starting blocks pour une tentative au Miyar Shivling. L’éperon ouest est flanqué d’une sorte de Dru qui s’élève d’un jet au-dessus de la vallée. Seule cette antécime esthétique, nommée Chamonix Tower ou Lammergier Spike a été grimpée en 2005 par les anglais Graham Little, Jim Lowther et Kevin Kelly. L’itinéraire est tout trouvé : nous passerons par ce nid d’aigle incontournable avant de continuer sur l’éperon ouest qui se redresse jusqu’au sommet qui doit friser les 5750m. Avec Muriel, Florence et Thomas nous partons le 10 août pour établir un camp avancé au pied de l’éperon. Le lendemain nous grimpons, par un grand dièdre évasé en 6a max, jusqu’au sommet d’une aiguille effilée, que nous nommerons la Nissart Tower, qui est la jumelle en arrière-plan de la Chamonix Tower. Du sommet, un rappel de 20m, que nous laissons en place pour le retour, nous dépose à la brèche où nous bivouaquons avant l’éperon sommital. Durant la nuit, les orages tournent sur l’Himachal Pradesh et finissent leur course dans notre direction. A l’aube, la petite couche de grésil déposée dans la nuit nous laisse dubitatif sur la suite. Mais la qualité du rocher aidant et le soleil revenant, nous forçons le passage pour rejoindre l’arrête sommitale où le granit se mue en véritable taffonis sculptés à souhait. L’arrivée au sommet est euphorique, avec le camp de base minuscule visible 1700m plus bas à l’aplomb. La descente s’enchaine sans encombre en rappel par le même chemin et la nuit nous surprend juste avant de rejoindre le camp avancé.

Mille Miyar de Granit

Reste un mystère : une sangle très récente trouvée juste sous le sommet nous indique que nous ne sommes pas les premiers à prendre pied sur ce belvédère. En rentrant en France, on apprendra que le célèbre guide Martin Moran nous a devancé d’une année sur ce sommet avec une équipe d’aspirant guide anglais. En 5 jours de septembre 2016, ils gravissent un éperon mixte de 1300m en versant Nord du Miyar Shivling et poursuivent jusqu’au sommet suivant, un peu plus haut, qu’il nomme le  « Marakula Killa ».

Pour la suite du voyage, Antoine reprend du poil de la bête et avec Thomas et Florence ils visent des objectifs de purs rochers dans les faces les plus raides du coin. Après une tentative infructueuse en face nord du Castle Peak, ils ouvrent 4 voies sur le Goya Peak et le Toros en repoussant à chaque fois la difficulté un peu plus loin, jusqu’au VII. Le rocher de Miyar se prête merveilleusement bien à ce jeu de partir à vue dans des fissures raides et même des toits. Souvent l’escalade ne nécessite pas un seul piton à Miyar et les voies sont enthousiasmantes dès le premier passage. Quelle bonheur de se lancer à l’aventure serein avec juste un gros jeu de friend au baudrier!

Mille Miyar de Granit
Mille Miyar de Granit

Pendant ce temps, je pars avec Muriel pour un voyage au bout du glacier de Chodong où nous jetterons notre dévolu sur une magnifique pyramide de granit au soleil que nous nommerons le Chodong Devling. Après deux jours d’approche pour remonter la vallée, nous atteignons le haut du glacier qui forme un splendide fleuve de glace bleue à partir de l’aplomb de la Neverseen Tower. Nous venons à bout du Chodong Devling en grimpant une journée entière non-stop dans une suite de splendides fissures jusqu’au 6b. Nous trouvons les traces d’une précédente tentative jusqu’au milieu de la face qui se redresse en un bastion sommital imprenable. Grâce à notre unique piolet traction, nous contournons l’obstacle par une longueur de goulotte dans un renfoncement et retrouvons le rocher quatre étoiles au-dessus. Nous arrivons au sommet couronné d’une petite calotte à la nuit tombée. La lune éclaire le serpent de glace du Chodong et les hauts sommets glacières des Ogres et du Trento peak derrière le Triple Crown. Sans matériel de bivouac et avec la météo locale pouvant virer à la neige d’une heure à l’autre, nous préférons enchainer les rappels de nuit pour rejoindre notre petite tente sur le glacier juste avant l’aube.

Mille Miyar de Granit
Vue inhabituelle du haut du glacier de Chodong depuis le Chodong Devling

Vue inhabituelle du haut du glacier de Chodong depuis le Chodong Devling

Florence arrive au sommet de l’aiguille des Nissarts

Florence arrive au sommet de l’aiguille des Nissarts

Thomas dans le superbe rocher proche du sommet du Miyar Shivling

Thomas dans le superbe rocher proche du sommet du Miyar Shivling

L’équipe des nissarts radieuse au sommet du Miyar Shivling

L’équipe des nissarts radieuse au sommet du Miyar Shivling

Notre piscine naturelle à coté du camp de base pour se délasser les jours de repos

Notre piscine naturelle à coté du camp de base pour se délasser les jours de repos

Thomas au Toros avec vue sur l’entrée de la vallée de Chodong

Thomas au Toros avec vue sur l’entrée de la vallée de Chodong

Au prise avec le splendide rocher du Goya Peak

Au prise avec le splendide rocher du Goya Peak

Au Toros les dalles sculptées permettent une escalade extérieure de qualité

Au Toros les dalles sculptées permettent une escalade extérieure de qualité

Les nombreuses traversées de torrents épiques gonflés par la fonte des glaces

Les nombreuses traversées de torrents épiques gonflés par la fonte des glaces

La rive gauche du glacier de Chodong avec le big wall du Mahindra.

La rive gauche du glacier de Chodong avec le big wall du Mahindra.

Muriel au milieu de l’immensité du Chodong Devling avec nos minuscules cordes de 60m.

Muriel au milieu de l’immensité du Chodong Devling avec nos minuscules cordes de 60m.

Un des plus beaux passages du Chodong Devling : un gros knob salvateur dans la dalle permet de passer sous le toit en libre

Un des plus beaux passages du Chodong Devling : un gros knob salvateur dans la dalle permet de passer sous le toit en libre

Toute l’équipe au lodge de Chukto au début du trek

Toute l’équipe au lodge de Chukto au début du trek

Miyar climbing history - Lahaul - India - Map and castle peak routes

27 Octobre 2018 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

« Mille Miyar de Granit » s’exclamerait un capitaine Ad Hoc s’échouant à Miyar à la vue des dizaines de tours de rocher aux lignes pures en tous sens. La vallée de Miyar est une pépite au cœur de l’Himalaya indien pour qui sait apprécier le beau rocher dans l’air limpide de l’altitude. Dans la région de Lahaul, ce massif s’élève dans la chaine principale de l’Himalaya, qui sépare à cet endroit les terres arrosées de l’Himachal Pradesh, de la zone aride du Ladakh. A Miyar, on passe sans transition de la verte prairie des alpages, aux aiguilles de granit. Gerhard Schaar la décrit, lors de son voyage en 2011, comme un paradis pour l’alpiniste, avec son fond de vallée bucolique où paturent vaches et chevaux, entouré de sommets qui appellent à l’action.

Les premiers sommets de granit que l’on découvre en arrivant à Miyar donnent soudain une furieuse envie de grimper après le trek bucolique.

Les premiers sommets de granit que l’on découvre en arrivant à Miyar donnent soudain une furieuse envie de grimper après le trek bucolique.

Myiar climbing map - Un cadeau fait maison! indispensable si vous allez un jour dans le coin!

Myiar climbing map - Un cadeau fait maison! indispensable si vous allez un jour dans le coin!

La vallée de Miyar attire depuis 25 ans les grimpeurs de tous les horizons. Située sur l’itinéraire du col du kang La à 5450m, le glacier de Miyar est une voie de passage historique des populations rejoignant Padum depuis le sud avec un équipement plus que rudimentaire. En 2015 nous avons croisé un groupe de trekkeurs descendant du col avec des porteurs ladakhis qui avaient franchis les 3 jours de marche sur glacier, en fourant des journaux dans leurs bottes en plastique pour l‘isolation!

L’histoire de l’escalade à Miyar commence avec les italiens renseignés par le repérage de Paolo Vitali en 1991. Ils établissent leur camp de base au pied du glacier de Miyar, dans une zone d’alpage bucolique à 4000m, surmontée de la forteresse du Castle Peak. Ils remontent le glacier de Chodong et découvrent un eldorado de granit. Dès 1992, Massimo Marcheggiani, Mario Manica et Bruno Moretti gravissent la citadelle de la Neverseen Tower à 5800m. Ils décrivent un grand moment de bonheur lors de cette escalade avenante avec deux bivouacs sous des miyar d’étoiles. Leur voie de 800m de pur granit, cotée 6c max, reste la plus répétée de toute la vallée. Bien peu d’autres itinéraires ont été ouverts sur ce sommet, hormis Sylvia Vidal et Eloi Callado traçant la belle ligne de Mai Blau en 2005. Marcheggiani revient en 1996 pour moissonner bon nombre de première dans la haute vallée du Chodong : Paolo peak, Enzo peak, Cima Citta di Frascati. Les polonais David Kazlikowski et Michal Krol finiront plus tard d’ouvrirent les grands bigwall de la rive gauche du glacier de Chodong avec le Lotos en 2005 et le Geruda en 2007. Depuis les pionniers, de nombreuses expéditions de toutes nationalités se sont succédées à Miyar jusqu’à une apogée en 2007 et 2008 où de nombreuses premières sont tombées. En 2007 les américains Freddie Wilkinson, Pat Goodman et David Sharratt ouvrent la plus belle escalade libre de la face Ouest du Mahindra en une journée avec fixation des premières longueurs la veille : Ashoka’s Pillar (700m , 7a). L’été 2008, les Slovènes Tanja et Andrej Grmovsek réussissent enfin l’éperon sud convoité du Windows Peak par la « Changrila route » : un fil couronnant un magnifique bouclier de dalle immanquable du camp de base. La même année, pendant qu’une expédition russe siège le Mahindra pour trouver une voie directe en artif, une forte expédition de la Guarda di Finanza renoue avec l’affection des italiens pour les grandes premières à Miyar en investiguant les trois vallées principales : Dans la vallée de Tandung, ils font la première du Trento Peak et de la cime voisine Om Shanti, à Chondong ils déflorent le beau éperon ouest du Triple Crown qu’ils baptisent cime Bruno Detassis et, non des moindres, ils explorent jusqu’au glacier de Jangpar pour grimper le premier bigwall de la chaine du Devil’s Horn : la Cima Fiamme Gialle. (Vertical n°21)

Les sommets de la rive gauche du Chodong

Les sommets de la rive gauche du Chodong

Dans les années les plus récentes, les grimpeurs ont surtout exploré les sommets les plus proches du camp de base ne nécessitant pas d’approche glacière. La vallée a tendance à devenir un spot de rocher pur, certes en altitude, mais avec un bon nombre de parois accessibles à la grosse journée depuis le camp de base comme le Castle peak et ses satellites, le Toros, le doigt du James point, le Goya peak. Le retrait des glaciers facilite l’approche des sommets de proximité mais complique ceux des sommets du fond des vallées du fait de l’instabilité des moraines et de la couverture de blocs instables posés sur le bas des glaciers. La Miyar Nala s’ouvre aussi au tourisme des indiens dans leur pays et la fréquentation augmente en été avec des alpinistes et trekkeurs venus des grandes villes indiennes. L’abri de la mousson et la facilité d’accès à l’échelle de l’Himalaya attire de nombreux grimpeurs.

Le Castle Peak : un aimant juste au-dessus du camp de base, ici la grimpe plaisir est au rendez-vous. Sur les traces de Roberto Iannilli, le beau rocher du Castle Peak permet de grimper en se laissant guider par l’instinct, les traces de passages se réduisant à quelques anneaux de rappel. Les 3 sommets du Castle proposent des voies de 350m à 700m de haut. La partie basse est formée d’un bouclier de dalles ciselées qui est déjà un objectif en soi.

Topo Castle Peak

Topo Castle Peak

Himalayisme au Nepal acte 1

4 Novembre 2016 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Au coeur de la chaine Himalayenne, le Népal rassemble les plus hauts sommets de la planète avec 8 sommets de plus de 8000m. La pratique de la haute montagne est tellement différente de celle que l'on peut faire dans les Alpes que l'on parle d'himalayisme et non d'alpinisme.

Même sur les "petits" sommets de 6000m, les ascensions sous les tropiques au milieu des géants prennent une autre dimension qu'en Europe ne serait-ce que par l'acclimatation nécessaire ou les longues approches à travers tous les étages de végétation. N'essayez pas d'expliquer à un népalais votre journée typique de ski de rando du dimanche dans les Alpes. Il ne comprendrait ni l'aspect ludique de l'activité, ni votre départ le matin même chez vous, ni votre voiture personnelle, ni la viabilité de nos routes l'hiver, ni l'enneigement sur de si petites montagnes, ni rien du tout à vrai dire.

 

Muriel sur le glacier sud du Cheo Himal, face au Larke Peak.

Muriel sur le glacier sud du Cheo Himal, face au Larke Peak.

Cet automne 2016, nous avons visité avec Muriel la haute vallée de Bimtang, aux sources de la rivière Dudh Khola entre le massif de l'Annapurna et du Manaslu. Après un trekking d'acclimatation nous avions le projet de grimper sur les flancs du Kechakyu himal: une belle chaine de granit et de mixte prometteuse. La météo très neigeuse de la fin septembre nous incité à changer de programme pour un objectif en neige et mixte au Cheo Himal. Voila un petit reportage photo de cette vallée dont nous avons eu le temps d'explorer les moindres recoins.

La découverte de la richesse culturel du Népal émerveille tous les visiteurs de passage à Katmandou.

La découverte de la richesse culturel du Népal émerveille tous les visiteurs de passage à Katmandou.

Toute expédition commence ici : la boutique du coin de la rue où il faut faire les provisions pour un long séjour en autonomie pour nous et pour les néplais qui vont nous accompagner : des kilos de riz et de dal à acheter.

Toute expédition commence ici : la boutique du coin de la rue où il faut faire les provisions pour un long séjour en autonomie pour nous et pour les néplais qui vont nous accompagner : des kilos de riz et de dal à acheter.

Notre équipe de proteurs embauchés à Beshi sahar pour monter jusqu'au camp de base.

Notre équipe de proteurs embauchés à Beshi sahar pour monter jusqu'au camp de base.

Le Village de Bimtang est un alpage à 3700m d'altitude habité seulement une partie de l'année par les locaux. Plusieurs lodges accueillent les trekkeurs qui font le tour du Manaslu. Tous les groupes ne font que passer ici pour traverser le Larke La et nous étions les seuls à rester plusieurs semaines dans la vallée.

Le Village de Bimtang est un alpage à 3700m d'altitude habité seulement une partie de l'année par les locaux. Plusieurs lodges accueillent les trekkeurs qui font le tour du Manaslu. Tous les groupes ne font que passer ici pour traverser le Larke La et nous étions les seuls à rester plusieurs semaines dans la vallée.

Les "cow women" de Bimtang vont chercher les vaches et yaks dipersés dans la montagne. Entre tradition et modernité apporté par le désenclavement de la route des Annapurna, les habitants de la vallée étaient très ouverts aux rencontres.

Les "cow women" de Bimtang vont chercher les vaches et yaks dipersés dans la montagne. Entre tradition et modernité apporté par le désenclavement de la route des Annapurna, les habitants de la vallée étaient très ouverts aux rencontres.

Notre camp de base au pied des parois du Kechakyu à peine effleurée.

Notre camp de base au pied des parois du Kechakyu à peine effleurée.

Lors d'une éclaircie nous appercevons distinctement la tranchée faite par des summiters du Manaslu fin septembre: un exploit avec toute cette neige fraiche.

Lors d'une éclaircie nous appercevons distinctement la tranchée faite par des summiters du Manaslu fin septembre: un exploit avec toute cette neige fraiche.

Non non, vous ne rêvez pas!!! Muriel apprend au cook à faire la pissaladière!!

Non non, vous ne rêvez pas!!! Muriel apprend au cook à faire la pissaladière!!

Les Edelweiss du Népal : un peu différentiées de celles de Alpes vous ne trouvez pas?

Les Edelweiss du Népal : un peu différentiées de celles de Alpes vous ne trouvez pas?

Nous sommes justes en face du Nemjung ou les français Grazziani et Trommsdorff ont ouvert une slpendide voie en 2009 sur l'éperon central.

Nous sommes justes en face du Nemjung ou les français Grazziani et Trommsdorff ont ouvert une slpendide voie en 2009 sur l'éperon central.

Impatient, nous tentons une voie sur une antécime du Kechakyu malgré le mauvais temps.

Impatient, nous tentons une voie sur une antécime du Kechakyu malgré le mauvais temps.

Nous découvrons le paysage le lendemain matin perché sur une arête effilée entre le versant du Seti glacier et le Kechakyu glacier.

Nous découvrons le paysage le lendemain matin perché sur une arête effilée entre le versant du Seti glacier et le Kechakyu glacier.

Les sommets environnants sont splendides, mais trop platrés pour la moindre tentative.

Les sommets environnants sont splendides, mais trop platrés pour la moindre tentative.

Une vue du massif du Kangaru du coté du Seti Glacier

Une vue du massif du Kangaru du coté du Seti Glacier

La redescente au camp de base, 2 jours plus tard sous la grosse pluie, lourdement chargé. Le moral est dans les chaussettes, nous pensons même à rentrer plus tôt que prévu. Mais c'était sans compter sur la récompense de l'acte 2 du récit à venir.

La redescente au camp de base, 2 jours plus tard sous la grosse pluie, lourdement chargé. Le moral est dans les chaussettes, nous pensons même à rentrer plus tôt que prévu. Mais c'était sans compter sur la récompense de l'acte 2 du récit à venir.

Suite du récit dans l'acte 2 au Cheo Himal

Himalayisme au Nepal acte 2 : little Cheo Himal

4 Novembre 2016 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Suite de l'acte 1 du voyage

Il ne nous reste plus qu'une semaine à passer dans la haute vallée de Bimtang et les montagnes sont maintenant chargées de neige fraiche. Nous décidons donc de partir assez loin de notre camp de base, visiter les environs du col "Larke La" où nous espérons que les chutes de neige ont été plus faibles. Nous avons remarqué que cette partie de la vallée semble plus soufflée par les vents et que le sommet du Pambari se dégage plus vite à chaque passage de perturbation.

Nous partons avec 6 jours d'autonomie en direction du Larke La, traversant d'abord 3 glaciers recouverts de rochers.

Nous partons avec 6 jours d'autonomie en direction du Larke La, traversant d'abord 3 glaciers recouverts de rochers.

Nous dormons au bord de lacs glacières splendides coincés entre les moraines et les versants.

Nous dormons au bord de lacs glacières splendides coincés entre les moraines et les versants.

Au bout de 3 jours de marche seul au monde, nous rejoignons le bon chemin du Larke La et la météo s'améliore enfin!!

Au bout de 3 jours de marche seul au monde, nous rejoignons le bon chemin du Larke La et la météo s'améliore enfin!!

Une fleure rare ne poussant qu'en himalaya vers 5000m d'altitude.

Une fleure rare ne poussant qu'en himalaya vers 5000m d'altitude.

Arrivé au col tous les signaux sont au vert pour une incursion en altitude : le moral et la météo.

Arrivé au col tous les signaux sont au vert pour une incursion en altitude : le moral et la météo.

Les pentes nords du Larke peak sont en condition pour le ski avec des fats!! A pied elles ne nous inspirent pas du tout.

Les pentes nords du Larke peak sont en condition pour le ski avec des fats!! A pied elles ne nous inspirent pas du tout.

Nous optons pour le Cheo Himal en versant Sud Est du col : le vent violent a l'air d'avoir soufflé un peu la neige sur ce versant.

Nous optons pour le Cheo Himal en versant Sud Est du col : le vent violent a l'air d'avoir soufflé un peu la neige sur ce versant.

Après une nuit sans sommeil à cause du vent et des spindrift, météo splendide à l'aube vers l'Est : c'est le moment ou jamais de s'activer

Après une nuit sans sommeil à cause du vent et des spindrift, météo splendide à l'aube vers l'Est : c'est le moment ou jamais de s'activer

La tente installée vers 5300m, le plus à l'abri du vent que nous avons pu.

La tente installée vers 5300m, le plus à l'abri du vent que nous avons pu.

L'itinéraire se corse au milieu de l'ascension. Nous longeons les rochers pour ne pas s'exposer aux séracs.

L'itinéraire se corse au milieu de l'ascension. Nous longeons les rochers pour ne pas s'exposer aux séracs.

La vue devient rapidement splendide sur le Larke peak et les sommets de la vallée du Manaslu.

La vue devient rapidement splendide sur le Larke peak et les sommets de la vallée du Manaslu.

Nous dominons la vallée de Dharmashala et le Larke Glacier

Nous dominons la vallée de Dharmashala et le Larke Glacier

Un peu en dessous de la crête sommitale le mauvais temps revient légèrement, mais nous sommes décidés à forcer un peu le destin.

Un peu en dessous de la crête sommitale le mauvais temps revient légèrement, mais nous sommes décidés à forcer un peu le destin.

Au dessus l'itinéraire devient mixte et splendide

Au dessus l'itinéraire devient mixte et splendide

Le vent se lève sur la crête soulevant la poudreuse.

Le vent se lève sur la crête soulevant la poudreuse.

Muriel en finit avec les derniers mètres sous le sommet.

Muriel en finit avec les derniers mètres sous le sommet.

Summit de notre little Cheo Himal juste en dessous de 6000m : toujours une grande émotion d'arriver au bout de ses rêves.

Summit de notre little Cheo Himal juste en dessous de 6000m : toujours une grande émotion d'arriver au bout de ses rêves.

Le lendemain au "Larke La" une nouvelle couche de fraiche est tombée dans la nuit!

Le lendemain au "Larke La" une nouvelle couche de fraiche est tombée dans la nuit!

Dans la descente, nous avons une vue incroyable sur le versant ouest très abrupte de notre sommet atteint la veille.

Dans la descente, nous avons une vue incroyable sur le versant ouest très abrupte de notre sommet atteint la veille.

Retour au village de Bimtang affamés, les provisions épuisées, la tête pleine de souvenir d'altitude.

Retour au village de Bimtang affamés, les provisions épuisées, la tête pleine de souvenir d'altitude.

Castle Peak and Lotos at Miyar valley

22 Octobre 2015 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Escalades, #Voyages

La face sud du Castle Peak est l'ascension la plus marquante de ce séjour en Inde. Le massif du Castle Peak domine littéralement le camp de base. C'est une forteresse de granit raide de toute part: un véritable aimant qui attire tous les grimpeurs de passage à Miyar. Nous avions des topos de la face Ouest sur des sommets secondaires qui surplombent le camp de base, mais la face sud menant au sommet principal reste mystérieuse.

Nous avons monté une tente le plus proche possible du chateau fort du Castle Peak

Nous avons monté une tente le plus proche possible du chateau fort du Castle Peak

Après l'éperon en corde tendu, nous arrivons au pied de la muraille qui parait bien raide.

Après l'éperon en corde tendu, nous arrivons au pied de la muraille qui parait bien raide.

Une zone du mur parait sculpté par les ruissellements: bingo ça passe en 6a en évitant les surplombs!

Une zone du mur parait sculpté par les ruissellements: bingo ça passe en 6a en évitant les surplombs!

Sous l'oreille orange, une fissure d'antologie toujours avec du granit magnifique de toute part.

Sous l'oreille orange, une fissure d'antologie toujours avec du granit magnifique de toute part.

Sur une vire de la voie nous trouvons une plante rarissime de l'himalaya : Saussurea Simponiana, 15 cm de diamètre.

Sur une vire de la voie nous trouvons une plante rarissime de l'himalaya : Saussurea Simponiana, 15 cm de diamètre.

De retour dans l'axe de l'éperon sud, l'escalade devient hyper esthétique et la vue se dégage de toute part.

De retour dans l'axe de l'éperon sud, l'escalade devient hyper esthétique et la vue se dégage de toute part.

Un rocher d'une qualité rare permettant de rester dans du 6a même quand ça se redresse fortement.

Un rocher d'une qualité rare permettant de rester dans du 6a même quand ça se redresse fortement.

Sur la table sommitale du Castle peak 5480m après 700m de mur.

Sur la table sommitale du Castle peak 5480m après 700m de mur.

La vue sur le haut du Glacier de Tawa

La vue sur le haut du Glacier de Tawa

Un banquet au camp de base pour féter ça le lendemain.

Un banquet au camp de base pour féter ça le lendemain.

Nous partons pour 4 jours sur le glacier Tandung et passons au pied des Ogres I, II, et III : 3 sommets vierges défendus par des séracs.

Nous partons pour 4 jours sur le glacier Tandung et passons au pied des Ogres I, II, et III : 3 sommets vierges défendus par des séracs.

Premier camp sur le Tandung glacier: c'est encore l'été

Premier camp sur le Tandung glacier: c'est encore l'été

Nous montons le lendemain au pied des 2 tours du Lotos et du Neverseen

Nous montons le lendemain au pied des 2 tours du Lotos et du Neverseen

Mais l'hiver arrive brusquement au camp haut et la température chute à -15°c en fin de journée.

Mais l'hiver arrive brusquement au camp haut et la température chute à -15°c en fin de journée.

Le lendemain, sous un ciel couvert, nous montons juste pour voir la vue sur le glacier au dessus.

Le lendemain, sous un ciel couvert, nous montons juste pour voir la vue sur le glacier au dessus.

Une éclaircie et une face moins raide que prévue nous laissent espérer une tentative sur le sommet du Lotos.

Une éclaircie et une face moins raide que prévue nous laissent espérer une tentative sur le sommet du Lotos.

Nous remontons des dièdres et des fissures faciles. Nous avons uniquement le matériel pour le glacier : pas de chausson, 6 sangles, une seule corde de 60m, 20m de cordelette qui nous permettrons de faire les rappels. L'escalade est engagée sans les coinceurs restés au camp. Nous passons quelques passages de 5 en dalle et rejoignons la voie Splitter and Storm ouverte en 2014.

Nous remontons des dièdres et des fissures faciles. Nous avons uniquement le matériel pour le glacier : pas de chausson, 6 sangles, une seule corde de 60m, 20m de cordelette qui nous permettrons de faire les rappels. L'escalade est engagée sans les coinceurs restés au camp. Nous passons quelques passages de 5 en dalle et rejoignons la voie Splitter and Storm ouverte en 2014.

Vue sur le Tawa Glacier proche du sommet du Lotos. La face Est du Mahindra est toute proche.

Vue sur le Tawa Glacier proche du sommet du Lotos. La face Est du Mahindra est toute proche.

Nous n'en revenons pas! Nous sommes en train de trouver un nouveau itinéraire au débotté au Lotos: surement la voie d'accès la plus facile au sommet.

Nous n'en revenons pas! Nous sommes en train de trouver un nouveau itinéraire au débotté au Lotos: surement la voie d'accès la plus facile au sommet.

Proche du sommet, le mauvais temps revient pour de bon. De toute façon nous n'avons pas pris les crampons qui vont se révéler indispensable pour l'arête de neige du sommet.

Proche du sommet, le mauvais temps revient pour de bon. De toute façon nous n'avons pas pris les crampons qui vont se révéler indispensable pour l'arête de neige du sommet.

Tant pis pour le sommet, nous redescendons la face rocheuse en rappel avec notre matériel ultra minimaliste.

Tant pis pour le sommet, nous redescendons la face rocheuse en rappel avec notre matériel ultra minimaliste.

Le lendemain il y a 50cm de fraiche dans tous les versants. L'ascension de la veille parait surréaliste tant le paysage a changé et l'hiver s'est installé.

Le lendemain il y a 50cm de fraiche dans tous les versants. L'ascension de la veille parait surréaliste tant le paysage a changé et l'hiver s'est installé.

Trekking Auden Pass - un flirt avec les sommets

5 Novembre 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Voici la suite du premier épisode de ce superbe Trekking Peak en Inde qui nous a conduit à traverser le massif du Garwall, partant de la jungle, puis passant par les sommets, pour redescendre sur le village sacré de Gangotri.

Météo grandiose au passage du Auden Pass. D'une petite pointe au dessus du col, nous repérons un magnifique sommet que l'on décide de tenter le lendemain. (derrière moi au-dessus des barres rocheuses ).

Météo grandiose au passage du Auden Pass. D'une petite pointe au dessus du col, nous repérons un magnifique sommet que l'on décide de tenter le lendemain. (derrière moi au-dessus des barres rocheuses ).

Le Talay Sagar nous fait une apparition splendide.

Le Talay Sagar nous fait une apparition splendide.

Nous descendons en versant nord du col jusqu'à 5000m, d'où part l'arête prévue le lendemain. Le glacier est crevassée et Mumu visite une crevasse... heureusement pas de bobo!

Nous descendons en versant nord du col jusqu'à 5000m, d'où part l'arête prévue le lendemain. Le glacier est crevassée et Mumu visite une crevasse... heureusement pas de bobo!

Le lendemain, c'est parti pour une course en aller/retour avec l'objectif de monter le plus haut possible sur cette crête qui monte jusqu'au Gangotri III à 6580m.

Le lendemain, c'est parti pour une course en aller/retour avec l'objectif de monter le plus haut possible sur cette crête qui monte jusqu'au Gangotri III à 6580m.

Le sommet du Jogin 6465m en face de nous avec les séracs de profil qui s'écroulent régulièrement.

Le sommet du Jogin 6465m en face de nous avec les séracs de profil qui s'écroulent régulièrement.

Déjà assez haut au dessus de la tente, la vue est grandiose sur la vallée de Rudugaïra et la confluence des glaciers de Gangotri.

Déjà assez haut au dessus de la tente, la vue est grandiose sur la vallée de Rudugaïra et la confluence des glaciers de Gangotri.

Une couche de neige fraiche plaquée, nous oblige à rester bien sur la crête soufflée du bombé glacière.

Une couche de neige fraiche plaquée, nous oblige à rester bien sur la crête soufflée du bombé glacière.

Vers 5800m, sur fond du Jogin pendant que les cumulus se forment sur le sud.

Vers 5800m, sur fond du Jogin pendant que les cumulus se forment sur le sud.

Sur le fil de la crête vers 6000m. Nous sommes essouflés par l'altitude, mais qu'est ce que c'est beau: une photo tous les 20 pas et ça repart.

Sur le fil de la crête vers 6000m. Nous sommes essouflés par l'altitude, mais qu'est ce que c'est beau: une photo tous les 20 pas et ça repart.

On s'arrête sur un grand replat un peu au dessus de 6000m aux environs du sommet repéré la veille du col. Nous sommes à la jonction de trois arêtes : celle qui vient du Auden pass, celle qui monte au dessus très raide vers le Gangotri III et celle qui part vers le sud vers le Jaolin. Quelle vue!

On s'arrête sur un grand replat un peu au dessus de 6000m aux environs du sommet repéré la veille du col. Nous sommes à la jonction de trois arêtes : celle qui vient du Auden pass, celle qui monte au dessus très raide vers le Gangotri III et celle qui part vers le sud vers le Jaolin. Quelle vue!

Photos de couple au sommet, avec en arrière plan le sommet rocheux du Gangotri III.

Photos de couple au sommet, avec en arrière plan le sommet rocheux du Gangotri III.

Une vue grandiose sur les glaciers environnant sur cette crête à cheval entre le bassin versant de Kathling et celui de Rudugaïra.

Une vue grandiose sur les glaciers environnant sur cette crête à cheval entre le bassin versant de Kathling et celui de Rudugaïra.

Le grand glacier de Kathling au détour de l'arête. C'est par là que nous sommes montés en 7 jours depuis le village de Gangi. (9 jours depuis le village de Guttu, accès routier)

Le grand glacier de Kathling au détour de l'arête. C'est par là que nous sommes montés en 7 jours depuis le village de Gangi. (9 jours depuis le village de Guttu, accès routier)

Vue sur l'itinéraire de notre course improvisée la veille depuis les environs du camp à 5000m.

Vue sur l'itinéraire de notre course improvisée la veille depuis les environs du camp à 5000m.

Le Auden Pass vue du nord. Après une averse de neige nocturne nous prenons la direction de la descente vers le Nord. Les réserves de nourritures se réduisent à peau de chagrin et nous espérons rejoindre Gangorti en 2 jours.

Le Auden Pass vue du nord. Après une averse de neige nocturne nous prenons la direction de la descente vers le Nord. Les réserves de nourritures se réduisent à peau de chagrin et nous espérons rejoindre Gangorti en 2 jours.

La descente est éprouvante car il faut traverser 3 glaciers couverts de bloc rocheux descendant des Gangotri III, Gangotri II puis Gangotri I. Ce sont tous de beaux sommets glacières qui ont l'air accessible à une petite expédition légère venant de la vallée proche de Gangotri.

La descente est éprouvante car il faut traverser 3 glaciers couverts de bloc rocheux descendant des Gangotri III, Gangotri II puis Gangotri I. Ce sont tous de beaux sommets glacières qui ont l'air accessible à une petite expédition légère venant de la vallée proche de Gangotri.

Beaucoup plus bas, nous ouvrons la tente le matin sur ce spectacle incroyable d'une harde de Barals! Mi mouflon, mi chèvre, ces animaux seraient les derniers survivants d'un ancêtre commun aux caprins et ovins.

Beaucoup plus bas, nous ouvrons la tente le matin sur ce spectacle incroyable d'une harde de Barals! Mi mouflon, mi chèvre, ces animaux seraient les derniers survivants d'un ancêtre commun aux caprins et ovins.

Couleurs d'automne dans la vallée de Rudugaïra.

Couleurs d'automne dans la vallée de Rudugaïra.

Arrivée temps attendue à la "ville sainte" de Gangotri affamé. Les réserves sont épuisées depuis 24h.

Arrivée temps attendue à la "ville sainte" de Gangotri affamé. Les réserves sont épuisées depuis 24h.

Nous voila aux sources de la spiritualité de l'Inde après cette marche initiatique à travers l'Himalaya.

Nous voila aux sources de la spiritualité de l'Inde après cette marche initiatique à travers l'Himalaya.

Et nous nous jetons sans remords dans le premier restaurant trouvé. Délivrance de l'estomac!

Et nous nous jetons sans remords dans le premier restaurant trouvé. Délivrance de l'estomac!

Trekking Auden Pass: Le voyage initiatique

29 Octobre 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Voila un petit récit en image de la traversée du Auden Pass dans l'Himalaya indien. Ce col permet de traverser le célèbre massif du Garhwal et de relier deux sources mythiques du Gange: Kedarnath et Gangotri. Ces villages et leur temple sont connues dans toute l'inde car les indous y viennent en pèlerinage aux sources du Gange. Les Sadous viennent également y méditer et s'y ressourcer aux sources de leur religion entreprenant des "marches initiatiques" pied nu sur les chemins de l'Himalaya.

La traversée du massif d'une source à l'autre relève du véritable trekking de haute montagne avec tous les aléas de l'altitude. La première traversée du col a été réalisée par John Bikcnell Auden en 1939, responsable d'étude géologique en inde à l'époque de la colonie Anglaise.

Tout voyage dans l'himalaya indien commence à Delhi. Ici la tombée de la nuit sur l'effervescence du vieux Delhi.

Tout voyage dans l'himalaya indien commence à Delhi. Ici la tombée de la nuit sur l'effervescence du vieux Delhi.

Dès notre arrivée au pied des montagnes, à Rishikesh, le Gange est vénéré par des pujas et des ablutions à l'aube et au crépuscule

Dès notre arrivée au pied des montagnes, à Rishikesh, le Gange est vénéré par des pujas et des ablutions à l'aube et au crépuscule

Les sadous sont ici en nombre, en transit pour les pélerinages les plus célèbres de l'Inde.

Les sadous sont ici en nombre, en transit pour les pélerinages les plus célèbres de l'Inde.

Nous organisons notre trek en 2 jours avec, Solinda, notre contact local qui doit nous servir de cuisto.

Nous organisons notre trek en 2 jours avec, Solinda, notre contact local qui doit nous servir de cuisto.

Le trek commence au village du Ghuttu au milieu des rizieres et des terrasses de millet.

Le trek commence au village du Ghuttu au milieu des rizieres et des terrasses de millet.

 Les premiers jours nous avancons dans la vallée de la rivière Bhilangna sans prendre d'altitude. Les montagnes sont si loin qu'elles sont invisibles: au moins on aura le temps de s'acclimater!

Les premiers jours nous avancons dans la vallée de la rivière Bhilangna sans prendre d'altitude. Les montagnes sont si loin qu'elles sont invisibles: au moins on aura le temps de s'acclimater!

C'est la fin de l'été : la saison pour rentrer du foin pour le bétail. Le tout à dos d'homme, de femme et d'enfant.

C'est la fin de l'été : la saison pour rentrer du foin pour le bétail. Le tout à dos d'homme, de femme et d'enfant.

Le foin sêche ensuite avant d'être stocké à l'intérieur

Le foin sêche ensuite avant d'être stocké à l'intérieur

L'ancêtre du village de Gangi vient nous rendre visite comme pour nous dire que la balade est finie là! Au delà, aucun porteur ne viendra avec nous et une énorme crue en juin 2013 a emporté tout le sentier qui est devenu scabreux.

L'ancêtre du village de Gangi vient nous rendre visite comme pour nous dire que la balade est finie là! Au delà, aucun porteur ne viendra avec nous et une énorme crue en juin 2013 a emporté tout le sentier qui est devenu scabreux.

Après une longue hésitation à Gangi et une tentative infructueuse de 2 jours avec de faux porteurs, nous décidons de partir seul de chez seul vers ces montagnes encore bien lointaines.

Après une longue hésitation à Gangi et une tentative infructueuse de 2 jours avec de faux porteurs, nous décidons de partir seul de chez seul vers ces montagnes encore bien lointaines.

3 jours plus tard nous arrivons au pied du glacier de kathling. Nous avons avalé 30 km de jungle, parfois sans sentier, en marchant dans le lit même de la Bilhangma dont la fureur de 2013 a tout emporté.

3 jours plus tard nous arrivons au pied du glacier de kathling. Nous avons avalé 30 km de jungle, parfois sans sentier, en marchant dans le lit même de la Bilhangma dont la fureur de 2013 a tout emporté.

Le moral remonte car la météo annonce du très beau temps pour les jours à venir; ce qui va nous changer des pluies journalières dans la jungle.

Le moral remonte car la météo annonce du très beau temps pour les jours à venir; ce qui va nous changer des pluies journalières dans la jungle.

3 jours pour remonter le glacier de kathling: une splendeur de la nature couronné de sommets alpins, probablement vierges si loin de tout.

3 jours pour remonter le glacier de kathling: une splendeur de la nature couronné de sommets alpins, probablement vierges si loin de tout.

Levé à 4800m dans notre petite tente pour 3 où chaque centimètre carré est optimisé.

Levé à 4800m dans notre petite tente pour 3 où chaque centimètre carré est optimisé.

Les sacs sont lourds à cette altitude et chaque bloc sur le glacier est un bon pretexte pour admirer la vue et poser la charge.

Les sacs sont lourds à cette altitude et chaque bloc sur le glacier est un bon pretexte pour admirer la vue et poser la charge.

Le camp le plus haut à 5300m juste sous le col : un endroit magique entre le Gangotri 3 et le Jaolin.

Le camp le plus haut à 5300m juste sous le col : un endroit magique entre le Gangotri 3 et le Jaolin.

Le Auden Col est évident au sommet du couloir de neige marquant le point bas de l'arête, juste à droite des "oreilles de lapin" décrite ainsi par John Auden..

Le Auden Col est évident au sommet du couloir de neige marquant le point bas de l'arête, juste à droite des "oreilles de lapin" décrite ainsi par John Auden..

Le versant Nord/Est du Jaolin 6500m en face de nous: l'arête Est à l'air faisable.

Le versant Nord/Est du Jaolin 6500m en face de nous: l'arête Est à l'air faisable.

La montée au col en terrain mixte le lendemain. Rien de bien difficile avec nos crampons, mais pour les porteurs à la descente l'installation d'une corde fixe va être obligatoire.

La montée au col en terrain mixte le lendemain. Rien de bien difficile avec nos crampons, mais pour les porteurs à la descente l'installation d'une corde fixe va être obligatoire.

Au col par une météo parfaite à 5490m. Après 6 jours de solitude, on croise ici même un groupe de 25 indiens qui font le trek dans l'autre sens et traversent aussi le col aujourd'hui!

Au col par une météo parfaite à 5490m. Après 6 jours de solitude, on croise ici même un groupe de 25 indiens qui font le trek dans l'autre sens et traversent aussi le col aujourd'hui!

L'avenir du Trekking : l'autonomie?

23 Octobre 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Nous sommes de retour d'un trekking en Inde, où un concours de circonstances nous a poussé à partir 10 jours en autonomie totale au dessus de toute zone habitée. Tout c'est bien passé, même mieux que l'on pouvait espéré avec un petit sommet à la clef.

Alors voila, l'avenir du trekking serait il dans l'autonomie? Jusqu'alors, cela ne va pas de soi du tout. Il est plutôt d'usage de partir avec une équipe de porteurs. Il n'y a bien qu'au Népal et surtout aux Annapurna, Langtang et Khumbu que l'on trouve tout le long du chemin des lodges offrant des hébergements et des repas très appréciés. Quand on sort de ces zones, il faut une logistique différente sous tente avec une autonomie en nourriture, combustible, sac de couchage chaud et matelas. Ajoutez à cela le matériel glaciaire si nécessaire, voire même de quoi faire un peu d'alpinisme au passage, et votre trek prend les allures d'une expédition avec porteurs, chef porteur, cuisinier, guide local, quand il n'y a pas de plus un officier de liaison imposé par le gouvernement dans les zones sensibles des frontières du pays.

Au passage du col Auden nous croisons un grand groupe de porteurs: c'est le monde à l'envers. Nous, les 3 touristes étrangers, sommes seuls. Les 5 touristes indiens de Bombay dans leur propre pays sont accompagnés de 20 porteurs indiens et népalais!

Au passage du col Auden nous croisons un grand groupe de porteurs: c'est le monde à l'envers. Nous, les 3 touristes étrangers, sommes seuls. Les 5 touristes indiens de Bombay dans leur propre pays sont accompagnés de 20 porteurs indiens et népalais!

Les porteurs sont équipés au minimum: ici ils ont tous leurs vétements sur eux à 5400m. Si la météo tourne au mauvais, c'est sauve qui peut vers le bas!.

Les porteurs sont équipés au minimum: ici ils ont tous leurs vétements sur eux à 5400m. Si la météo tourne au mauvais, c'est sauve qui peut vers le bas!.

Chargement presque provocateur à cette altitude. Mais pourtant le seau rose n'est que la partie immergée de la quinquaillerie allucinante du cook : 2 cocotes minutes, gazinière, panoplie de poelles pour les chapatis, table et chaises pliantes pour les touristes...

Chargement presque provocateur à cette altitude. Mais pourtant le seau rose n'est que la partie immergée de la quinquaillerie allucinante du cook : 2 cocotes minutes, gazinière, panoplie de poelles pour les chapatis, table et chaises pliantes pour les touristes...

J'ai fait pas mal de trekking de cette manière et j'en ferais probablement encore.

Pourtant plusieurs éléments changent petit à petit la donne.

- L'évolution des mentalités des peuples de porteurs: En effet les jeunes Sherpa, Tamang et Gurung qui ont accès à la télé et à l'éducation ne veulent pas laisser leur santé en portant comme leurs aînés. Et s'est bien normal. Ceux que j'avais en 2013 au Népal étaient habillés en jean avec les derniers tee shirts à la mode. Et si les conditions tournent au vinaigre, ils n’essayeront plus de passer un col avec 1m fraiche en basket emballées dans des sacs plastiques (du vécu). Ils demandent à porter de moins en moins lourds: 25kg contre plus de 40kg avant. Ceci leur permet aussi de prendre quelques affaires personnelles en plus de leur charge et de moins se cailler tout simplement! Ceux qui continuent ce métier veulent de meilleur condition financière, des assurances et un contrat de prévoyance.

- L'évolution des prix: il est loin le temps (lu dans les livres des années 70) des porteurs à 1$ par jour. En 2014 on parle plutôt de 10€ par jour. L'inflation est très importante dans tous les pays himalayens et les prix ont doublés pour ce que j'ai pu voir depuis 5 ans. Un trek de 2 semaines commercialisé 2000€ par personne est dans la norme en Inde ou au Népal et si vous demandez en plus un accompagnant qui parlent votre langue et un vrai guide vous arrivez au même prix que les agences françaises.

- L'aménagement des vallées himalayennes: la construction des routes progressent dans les vallées, et la vie courante des vallées ne nécessite plus de porter pour ravitailler les villages. Les locaux qui veulent tirer parti du tourisme construisent des lodges, et les autres partent à la ville. Plus personne n'a d’intérêt à porter et on propose des mules ou un yak aux touristes qui ont encore besoin de faire porter leur bagage. Ceux qui voudraient monter en haute montagne avec des porteurs ont intérêt d'arriver de la capitale avec des porteurs venant de loin (souvent népalais) car plus personne ne pratique ce dur métier depuis l'arrivée des pistes carrossables dans la vallée.

- La lourdeur d'une grosse équipe de porteur qui n'est pas flexible. Il faut trouver de grands emplacements pour poser le camp chaque soir, ce qui contraint à s'arrêter parfois trop tôt ou trop loin. Il n'est pas non plus possible de rester 2 jours de plus en altitude pour profiter d'une fenêtre météo et tutoyer les sommets. Une fois passé un col, les porteurs descendent rapidement le plus bas possible, car ils ne sont pas équipés pour rester longtemps dans la neige.

En Inde au Garwall, les mules permettent de porter nos sacs sans problème jusqu'au dernier village de la vallée de Guttu. Au dessus, on nous a promis des porteurs.

En Inde au Garwall, les mules permettent de porter nos sacs sans problème jusqu'au dernier village de la vallée de Guttu. Au dessus, on nous a promis des porteurs.

Nous avons essayé d'embaucher des porteurs locaux au village de Gangi. En plus d'être des escrocs,  ils ne savaient pas porter une charge. Ils ont tenté le coup classique de nous extorquer des roupis en menaçant de laisser les charges en plan. Du coup nous avons fait demi tour après une journée infructueuse de marche avec eux.

Nous avons essayé d'embaucher des porteurs locaux au village de Gangi. En plus d'être des escrocs, ils ne savaient pas porter une charge. Ils ont tenté le coup classique de nous extorquer des roupis en menaçant de laisser les charges en plan. Du coup nous avons fait demi tour après une journée infructueuse de marche avec eux.

Du coup nous voila partis seul de chez seul pour traverser la chaine du Garwall. Les sacs sont bouclés avec 8 jours de nourriture qui peuvent permettre de tenir 10 jours. Nous avons renvoyé le matériel superflu à la ville la plus proche avec notre cuisinier qui nous avait accompagné jusque là. Nous avons gardé une seule tente 2 places pour 3. J'ai très vite abandonné mes baskets pour les chaussures de hautes montagnes permettant d'alléger le sac. A nous la liberté absolue.

Du coup nous voila partis seul de chez seul pour traverser la chaine du Garwall. Les sacs sont bouclés avec 8 jours de nourriture qui peuvent permettre de tenir 10 jours. Nous avons renvoyé le matériel superflu à la ville la plus proche avec notre cuisinier qui nous avait accompagné jusque là. Nous avons gardé une seule tente 2 places pour 3. J'ai très vite abandonné mes baskets pour les chaussures de hautes montagnes permettant d'alléger le sac. A nous la liberté absolue.

Notre tente est minuscule au milieu des glaciers: Est ce bien raisonnable d'être seul ici, à 4 jours de marche du village le plus proche.? Nous n'avons pas osé dire au dernier village traversé, que l'on voulait traverser le massif de peur qu'ils nous en empêchent. Ils nous auraient pris pour des fous. Les instituteurs nous ont prévenus que c'était complettement interdit de monter plus haut que le dernier village.

Notre tente est minuscule au milieu des glaciers: Est ce bien raisonnable d'être seul ici, à 4 jours de marche du village le plus proche.? Nous n'avons pas osé dire au dernier village traversé, que l'on voulait traverser le massif de peur qu'ils nous en empêchent. Ils nous auraient pris pour des fous. Les instituteurs nous ont prévenus que c'était complettement interdit de monter plus haut que le dernier village.

Du coup l'avenir nous cantonnerait au trekking de lodge en lodge, avec la disparition des porteurs.

Bien sûr que non! Il faut abandonner notre vision colonialiste de ces pays et se mettre à la portée des habitants locaux qui vont mener leur troupeaux jusque dans les hautes vallées en autonomie pendant plusieurs semaines. Il est devenu possible de partir en autonomie sans avoir des sacs impossibles en Himalaya :

- le matériel léger et performant a permis cette révolution: duvet très chaud de 1,5 kg, tente mono toit, matelas très confort ultra léger, petit réchaud à gaz ultra performant (4 cartouches 230g pour 3 personnes pendant 10 jours), on trouve des cartouches de gaz à visser à Delhi, Katmandou, Islamabad et ailleurs surement. Les vêtements chauds se sont aussi un peu allégés avec les doudounes et les vêtements ultra respirant permettent de se passer de rechange car tout sèche très vite. Il est aussi possible de prendre du matériel d'alpinisme léger : mieux vaut des crampons en aciers si vous rencontrez des pentes de glace, par contre baudriers, corde et piolets peuvent être sélectionné dans le matériel ultra-light si l'on ne prévoit pas de course trop technique.

- Certes, il n'existe pas de cartes topographiques précises en himalaya, sauf dans quelques coin du Népal et un guide local peut être indispensable. Mais une bonne préparation sur internet peut palier ce problème: on trouve des descriptions et des photos de la plupart des itinéraires. Le GPS permet de vérifier sa situation à tout moment sur une carte calibrée. Une impression de la photo satellite google earth complète la carte.

- Il est possible d'avoir des prévisions météo grâce au téléphone satellite au fond de l'Himalaya diminuant nettement le risque de s'engager pour plusieurs jours en altitude. Ceci permet d'alléger encore les sacs et de ne pas prendre un équipement pour le très gros mauvais temps. Si la tempête de neige est annoncée, on attend que ça se passe à plus basse altitude, avant de s'engager pour passer un col par exemple.

- Reste la nourriture: le nerf de la guerre. Là je ne peux donner aucun conseil. Je ne pense pas qu'il faille conseiller de manger des lyophilisés pendant tout un trek. Il faut panacher et varier les saveurs. Le tout et de faire des portions énergétiques pour chaque jour. Nous avions des lyophilisés pour la moitié du trek, et de la nourriture locale très épicées pour le reste. Avec des fruits secs, des biscuits et du jambon sec ramené de France nous avons tenu 9 jours. On était bien sûr mort de faim en arrivant à Gangotri, pour mieux apprécier les talis et autres délicieuses kulfis du premier restaurant où nous nous sommes engouffrés.

Seul, les rencontres avec les villagois prennent une autre tournure. Nous nous mettons à leur niveau, sans artifice, sans guide indien entre nous.

Seul, les rencontres avec les villagois prennent une autre tournure. Nous nous mettons à leur niveau, sans artifice, sans guide indien entre nous.

Nous ponsons chaque soir notre petite tente où bon nous semble au détour du grand glacier de Kathling.

Nous ponsons chaque soir notre petite tente où bon nous semble au détour du grand glacier de Kathling.

Nous avons pu observer une faune sauvage (moutons bleus ou barrhals) qu'il ne nous était jamais arrivé d'approcher de si près dans un grand groupe.

Nous avons pu observer une faune sauvage (moutons bleus ou barrhals) qu'il ne nous était jamais arrivé d'approcher de si près dans un grand groupe.

Nous passons 4 jours au dessus de 5000m permettant de monter sur une antécime du Gangotri III à plus de 6000m.

Nous passons 4 jours au dessus de 5000m permettant de monter sur une antécime du Gangotri III à plus de 6000m.

Seul l'épuisement des victuailles nous poussent à descendre. Un sentiment de liberté absolu a transformé à jamais notre vision du trek en himalaya.

Seul l'épuisement des victuailles nous poussent à descendre. Un sentiment de liberté absolu a transformé à jamais notre vision du trek en himalaya.

Suite des photos dans un autre article.

"Gé Orgie ski" Autour du Tetnuldi

25 Avril 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski, #Voyages

Suite du ski de rando au Caucase géorgien.

Fort de notre premier séjour sur les glaciers de Lekhziri, nous avons organisé une mini-expédition similaire sur les pentes du Tetnuldi.

Le Tetnuldi est le sommet phare de Mestia. Au fond de la vallée, on ne voit que lui qui domine de sa pyramide de glace les sommets environnant : 4860m. On a trouvé plusieurs récits de tentative à ski, sans réussite. Effectivement nous allons nous rendre compte que la pyramide sommitale est bardée de séracs et que la voie normale par l'arête sud est soumise au vent et aux plaques.

Le Tenuldi resplendissant dans la lumière du soir. Nous l'avons rarement vue aussi net car il accroche les premiers nuages: comme si il voulait attiser notre curiosité.

Le Tenuldi resplendissant dans la lumière du soir. Nous l'avons rarement vue aussi net car il accroche les premiers nuages: comme si il voulait attiser notre curiosité.

Départ du splendide village d'Adishi au bout d'une piste 4x4 exigeante pour notre taxi du jour. On fait l'attraction du jour dans ce village complétement coupé du monde en hiver et dont l'accès vient à peine de se déneiger en avril. 10 habitants vivent ici à l'année.

Départ du splendide village d'Adishi au bout d'une piste 4x4 exigeante pour notre taxi du jour. On fait l'attraction du jour dans ce village complétement coupé du monde en hiver et dont l'accès vient à peine de se déneiger en avril. 10 habitants vivent ici à l'année.

1 er camp sur le plateau Anzuldu: On se prend une tempete de neige qui menace de rentrer dans la tente toute la nuit. Le Tetnuldi n'a pas l'air de vouloir se laisser faire!

1 er camp sur le plateau Anzuldu: On se prend une tempete de neige qui menace de rentrer dans la tente toute la nuit. Le Tetnuldi n'a pas l'air de vouloir se laisser faire!

Dans la couse, nous allons repérer la suite de l'itinéraire en skiant un beau couloir au débotté en face sud du Tetnuldi.

Dans la couse, nous allons repérer la suite de l'itinéraire en skiant un beau couloir au débotté en face sud du Tetnuldi.

Le couloir par beau temps que nous voyons enfin en entier quand la météo se dégage le lendemain.

Le couloir par beau temps que nous voyons enfin en entier quand la météo se dégage le lendemain.

Au moins, le mauvais temps nous a porté un peu de neige fraiche dans ce beau couloir.

Au moins, le mauvais temps nous a porté un peu de neige fraiche dans ce beau couloir.

Math se régale au pied des falaises sud du Tetnuldi

Math se régale au pied des falaises sud du Tetnuldi

Le 3ème jour une éclaircie revient. Nous allons monter notre campement d'un étage, jusque sur le glacier ouest du Tetnuldi à 3700m.

Le 3ème jour une éclaircie revient. Nous allons monter notre campement d'un étage, jusque sur le glacier ouest du Tetnuldi à 3700m.

4ème jour : levée de jour à la météo douteuse sur la Svanétie depuis notre nid d'aigle. Nous décidons d'aller quand même s'approcher au plus près du sommet.

4ème jour : levée de jour à la météo douteuse sur la Svanétie depuis notre nid d'aigle. Nous décidons d'aller quand même s'approcher au plus près du sommet.

L'itinéraire qui nous avons parcouru en face ouest du Tetnuldi, avec le sommet qui ne se découvrira jamais à nos yeux.

L'itinéraire qui nous avons parcouru en face ouest du Tetnuldi, avec le sommet qui ne se découvrira jamais à nos yeux.

Demi tour vers 4200m sous le bombé glacière permettant d'accéder à l'arrête: une pente à 40° plaquée par le vent.

Demi tour vers 4200m sous le bombé glacière permettant d'accéder à l'arrête: une pente à 40° plaquée par le vent.

Au début, redescente prudente en restant encordé à cause du glacier très tourmenté.

Au début, redescente prudente en restant encordé à cause du glacier très tourmenté.

Puis plus bas on lache les chevaux avec une bonne visibilité pour profiter de ce glacier Kasebi du Tetnuldi taillé pour le ski.

Puis plus bas on lache les chevaux avec une bonne visibilité pour profiter de ce glacier Kasebi du Tetnuldi taillé pour le ski.

Après avoir chargé le campement sur notre dos, nous enchainons avec les 1800m de descente sur Adishi.

Après avoir chargé le campement sur notre dos, nous enchainons avec les 1800m de descente sur Adishi.

Une descente d'abord raide qui fait chauffer les cuisses avec les gros sacs.

Une descente d'abord raide qui fait chauffer les cuisses avec les gros sacs.

Superbe ambiance ensuite dans les combes au pied de la Lakchkhilda range.

Superbe ambiance ensuite dans les combes au pied de la Lakchkhilda range.

Encore plus de 1000m à descendre jusqu'à Adishi tout là bas au fond de la vallée: une journée grandiose pour clore ce voyage à ski en Géorgie. On a hate de retrouver notre hote Eka et ses délicieux Rinkali à la viande.

Encore plus de 1000m à descendre jusqu'à Adishi tout là bas au fond de la vallée: une journée grandiose pour clore ce voyage à ski en Géorgie. On a hate de retrouver notre hote Eka et ses délicieux Rinkali à la viande.

2 jours plus tard à la capitale : Tbilisi. Nous profitons des fêtes de la Paques orthodoxe, avec la tête encore embrumée par cette "Gé Orgie" de ski.

2 jours plus tard à la capitale : Tbilisi. Nous profitons des fêtes de la Paques orthodoxe, avec la tête encore embrumée par cette "Gé Orgie" de ski.