REVALPIN

Articles avec #voyages tag

"Gé Orgie Ski" - Lekhziri Glacier

24 Avril 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski, #Voyages

Enfin, nous avons eu notre revanche au Caucase! Les Russes n'avaient pas voulus de nous en 2012 sur la chaine frontalière de plus en plus interdite aux touristes ces dernières années. Qu'à cela ne tienne!! Nous récidivons par la Géorgie en avril 2014 avec Muriel, Mathieu Renaud et moi.

Quel contraste sur ce versant des montagnes! Pas de camp militaire armé jusqu'aux dents, personne pour nous dire de ne pas aller ici ou là, de superbes cartes détaillées du relief quand les russes censurent toute information topographique détaillée, des villages à l'architecture authentique, des habitants accueillant, un tourisme naissant en voie de développement.... Welcome to Georgia.

Les curieuses tours défensives de Mestia : La marque de fabrique de tous les villages de Svanétie

Les curieuses tours défensives de Mestia : La marque de fabrique de tous les villages de Svanétie

Dans le Caucase géorgien, il n'y a pas d'aménagement, pas de refuge. Certains sommets sont accessibles en ski de randonnée à la journée depuis les villages. Pour faire une incursion à l'intérieur des massifs d'altitude, il faut prendre la tente et camper sur les glaciers. Après une première journée de ski sur les pentes de Zabeshi, nous bouclons nos sacs pour visiter les glaciers de Lekhziri sur 4 jours.

Dernier "banquet" à Mestia avant les rations sur le glacier : borch (soupe au choux épicée), rinkali (gros ravioli locale), katachapouri (pain fourré au fromage fondant), le tout arrosé de tchatcha (gniole locale).

Dernier "banquet" à Mestia avant les rations sur le glacier : borch (soupe au choux épicée), rinkali (gros ravioli locale), katachapouri (pain fourré au fromage fondant), le tout arrosé de tchatcha (gniole locale).

Après s'être fait poser en 4x4 le plus loin possible sur la piste enneigée, la montée par la Mestiachala nous réserve quelques surprises au dessus d'un véritable canyon : Au moins, on coupe complétement les ponts avec le monde d'en bas.

Après s'être fait poser en 4x4 le plus loin possible sur la piste enneigée, la montée par la Mestiachala nous réserve quelques surprises au dessus d'un véritable canyon : Au moins, on coupe complétement les ponts avec le monde d'en bas.

Notre campement à la confluence des trois branches du glacier Lekhziri: un petit goût de "concordiaplatz".

Notre campement à la confluence des trois branches du glacier Lekhziri: un petit goût de "concordiaplatz".

Départ du campement pour visiter les alentours : seuls au monde, la wilderness totale, avec notre nid douillet installé pour 4 jours: le pied!

Départ du campement pour visiter les alentours : seuls au monde, la wilderness totale, avec notre nid douillet installé pour 4 jours: le pied!

Le Dolakara sera notre premier objectif en ski le lendemain

Le Dolakara sera notre premier objectif en ski le lendemain

La montée au Dolakara au dessus d'un verrou glacière qui nous a nécessité un peu de bricolage pour ne pas s'exposer aux séracs..

La montée au Dolakara au dessus d'un verrou glacière qui nous a nécessité un peu de bricolage pour ne pas s'exposer aux séracs..

Face à nous, l'Ullukara fait le fier défendu par de magnifiques tours rocheuses de 1000m!

Face à nous, l'Ullukara fait le fier défendu par de magnifiques tours rocheuses de 1000m!

Au sommet d'une antécime du Dolakara, 30m sous le sommet principal rocheux. Déjà une bien belle course que ce petit sommet que l'on avait sous estimé.

Au sommet d'une antécime du Dolakara, 30m sous le sommet principal rocheux. Déjà une bien belle course que ce petit sommet que l'on avait sous estimé.

Renaud ouvre le bal face au jan-tugani pass

Renaud ouvre le bal face au jan-tugani pass

Sous le verrou glacière ça déroule: on s'éclate.

Sous le verrou glacière ça déroule: on s'éclate.

Retour sur le glacier Lekhziri euphorique : ça promet pour les prochains jours!

Retour sur le glacier Lekhziri euphorique : ça promet pour les prochains jours!

Deuxieme sommet au programme à la frontière russe: le Mestiatau au fond des 6 km de la plus grande branche du glacier Lekhziri.

Deuxieme sommet au programme à la frontière russe: le Mestiatau au fond des 6 km de la plus grande branche du glacier Lekhziri.

Vue sur la vallée Russe d'Ullutau depuis le Mestia pass: enfin 2 ans plus tard, on tient notre revanche! Il ya peu de neige de ce coté, et une noria de millitaires à Ullutau qui attendent le moindre skieur qui oserait traverser la frontière.

Vue sur la vallée Russe d'Ullutau depuis le Mestia pass: enfin 2 ans plus tard, on tient notre revanche! Il ya peu de neige de ce coté, et une noria de millitaires à Ullutau qui attendent le moindre skieur qui oserait traverser la frontière.

Le Mestiatau ressemble à la Meije de ce coté! Pourtant on monte facilement jusqu'au sommet en ski par derrière.

Le Mestiatau ressemble à la Meije de ce coté! Pourtant on monte facilement jusqu'au sommet en ski par derrière.

Devant la chute de séracs monumentale que l'on longe au milieu du glacier.

Devant la chute de séracs monumentale que l'on longe au milieu du glacier.

Mémorable passage à 2 pas des tours de glaces empilées.

Mémorable passage à 2 pas des tours de glaces empilées.

Tout en grande courbe ensuite jusqu'au campement avec une neige qui est restée ferme.

Tout en grande courbe ensuite jusqu'au campement avec une neige qui est restée ferme.

Dernier jour avant de redescendre à Mestia, on a repéré un beau couloir nord, pas loin du camp. Une vraie sucrerie qui nous faisait saliver depuis deux jours. Il débouche à une brèche sous le sommet de Marianazha.

Dernier jour avant de redescendre à Mestia, on a repéré un beau couloir nord, pas loin du camp. Une vraie sucrerie qui nous faisait saliver depuis deux jours. Il débouche à une brèche sous le sommet de Marianazha.

Bonne pioche: la neige est restée poudreuse! Les skis Elan vont pouvoir montrer tout leur potentiel!

Bonne pioche: la neige est restée poudreuse! Les skis Elan vont pouvoir montrer tout leur potentiel!

On se régale encore avant de charger les gros sacs sur le dos et de redescendre la Mestiachala qui passera mieux que prévue à la descente.

On se régale encore avant de charger les gros sacs sur le dos et de redescendre la Mestiachala qui passera mieux que prévue à la descente.

Etna - un volcan à ski en Sicile

11 Janvier 2014 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

L'Etna émerge de la mer à 3350m sur l'ile de la Sicile. Ce volcan en activité présente de belles possibilités pour le ski de randonnée du fait de l'altitude élevée. Les paysages sont époustouflants sur la Méditerranée, sur la Sicile et même sur la botte de l'Italie par temps clair. Et puis la Sicile est aussi une destination culturelle de choix que nous avons pu découvrir pour commencer en beauté cette année 2014.

Nous avons été étonnés par le bon ski que l'on peut faire sur le volcan. En fait l'Etna est composé d'une multitude de volcans secondaires qui présentent autant de possibilté de pentes et d'orientations différentes. Au total le massif de l'Etna est très important avec au moins 10 km de diamètre skiable.

Nous avons été étonnés par le bon ski que l'on peut faire sur le volcan. En fait l'Etna est composé d'une multitude de volcans secondaires qui présentent autant de possibilté de pentes et d'orientations différentes. Au total le massif de l'Etna est très important avec au moins 10 km de diamètre skiable.

Les Siciliens adorent skier à l'Etna comme les niçois à Isola 2000. Deux accès routiers, par le nord et le sud, permettent de monter à travers les anciennes coulées de laves jusque vers 1700m où l'on trouve la neige de janvier à mars. Ces accés sont équipés de petites stations de ski qui sont régulièrement endommagés par les coulées de lave.

Les Siciliens adorent skier à l'Etna comme les niçois à Isola 2000. Deux accès routiers, par le nord et le sud, permettent de monter à travers les anciennes coulées de laves jusque vers 1700m où l'on trouve la neige de janvier à mars. Ces accés sont équipés de petites stations de ski qui sont régulièrement endommagés par les coulées de lave.

Nous avons d'abord fait une montée depuis Piano Provenzana sans pouvoir atteindre les cratères à cause des nuages accrochés aux sommets. La vue était démente sur les iles éoliennes et sur le Stromboli en éruption!

Nous avons d'abord fait une montée depuis Piano Provenzana sans pouvoir atteindre les cratères à cause des nuages accrochés aux sommets. La vue était démente sur les iles éoliennes et sur le Stromboli en éruption!

Un peu de poudreuse dans le versant nord de Piano Provenzana

Un peu de poudreuse dans le versant nord de Piano Provenzana

Aux alentours de l'Etna, tous les villages ont une histoire intimmement liée au volcan Il est à l'origine de désastres mais aussi d'un foisonnement de la vie grâce à l'eau et aux terres fertiles..

Aux alentours de l'Etna, tous les villages ont une histoire intimmement liée au volcan Il est à l'origine de désastres mais aussi d'un foisonnement de la vie grâce à l'eau et aux terres fertiles..

Deuxième journée sur l'Etna par grand beau temps depuis le sud. On commence par suivre quelques locaux qui montent se faire une Montagnola matinale: splendide pointe à 2640m avec une pente raide plein Est, vite transfo le matin.

Deuxième journée sur l'Etna par grand beau temps depuis le sud. On commence par suivre quelques locaux qui montent se faire une Montagnola matinale: splendide pointe à 2640m avec une pente raide plein Est, vite transfo le matin.

Les cônes des bouches récentes en bas du versant sud qui ont fait plusieurs fois des dégats sur les installations de Sapienza.

Les cônes des bouches récentes en bas du versant sud qui ont fait plusieurs fois des dégats sur les installations de Sapienza.

Puis nous montons jusque sur les bords du nouveau cratère fumant à 3200m. Le sol est si chaud que la neige n'arrive pas à tenir au sol.

Puis nous montons jusque sur les bords du nouveau cratère fumant à 3200m. Le sol est si chaud que la neige n'arrive pas à tenir au sol.

Des dépots de souffres brulants au sommet et un cratère en activité dégageant des boufées de fumées roses. Le terrain très instable et l'atmosphère toxique nous ont dissuadé de s'en approcher plus.

Des dépots de souffres brulants au sommet et un cratère en activité dégageant des boufées de fumées roses. Le terrain très instable et l'atmosphère toxique nous ont dissuadé de s'en approcher plus.

Nous pouvons approcher de plus près les vapeurs d'eau sortant des cratères.

Nous pouvons approcher de plus près les vapeurs d'eau sortant des cratères.

La descente versant sud était incroyablement bonne en neige transfo parfaite en fin de journée.

La descente versant sud était incroyablement bonne en neige transfo parfaite en fin de journée.

Tellement bonne que l'on rallonge un peu la journée en descendant d'abord un peu sud ouest avant de remonter vers le téléphérique de Sapienza.

Tellement bonne que l'on rallonge un peu la journée en descendant d'abord un peu sud ouest avant de remonter vers le téléphérique de Sapienza.

Des tronçons mythiques entre deux cônes volcaniques.

Des tronçons mythiques entre deux cônes volcaniques.

Fin de journée sur la piste qui descend à Sapienza au dessus d'une mer de nuage se déversant sur la baie de Catane: magnifique.

Fin de journée sur la piste qui descend à Sapienza au dessus d'une mer de nuage se déversant sur la baie de Catane: magnifique.

Le théatre Grec de Syracuse. Impossible de faire un voyage en Sicile sans visiter les monuments antiques laissés par toutes les civilisations qui ont colonisées l'Ile.

Le théatre Grec de Syracuse. Impossible de faire un voyage en Sicile sans visiter les monuments antiques laissés par toutes les civilisations qui ont colonisées l'Ile.

Sans compter les réserves naturelles: 3 parc nationaux dont celui de l'Etna et des réserves ornithologiques aux niveaux des zones humides en bord de mer.

Sans compter les réserves naturelles: 3 parc nationaux dont celui de l'Etna et des réserves ornithologiques aux niveaux des zones humides en bord de mer.

Mais il faut bien rentrer travailler à Nice. Tient il y aurait même quelques niçois qui habitent en Sicile?

Mais il faut bien rentrer travailler à Nice. Tient il y aurait même quelques niçois qui habitent en Sicile?

Trekking au Nepal - Rolwaling - Tashi lapcha

27 Décembre 2013 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Voila le reportage de ce beau trek au Népal réalisé en octobre 2013 : La traversée de la vallée du Rolwaling jusqu'à la la vallée du Kumbu en traversant le col Tashi Lapcha à 5700m. C'est un beau parcours d'environ 17j de marche qui permet de remonter la vallée authentique du Rolwaling, de traverser un col technique dans un environnement de sommets majestueux et d'accéder par le haut à la célèbre vallée du Kumbu.

Nous avons eu des conditions difficiles à cause d'une grosse chute de neige en octobre. Très peu de groupes ont pu traverser le col en cet automne 2013. Grâce à la cohésion du groupe composé de Gilles, Nicole, Guillaume, Brigitte, Philippe et Muriel, et à l'aide des porteurs de l'agence Yatritrekking ce trek a été une réussite.

Le stupa de Bodnath à Kathmandou : un édifice grandiose rappelant que 10 % de la population népalaise pratique le bouddhisme.

Le stupa de Bodnath à Kathmandou : un édifice grandiose rappelant que 10 % de la population népalaise pratique le bouddhisme.

Au début du trek le climat est tropical et la faune nous surprend tous les jours.

Au début du trek le climat est tropical et la faune nous surprend tous les jours.

Nous allons passer au peid du sommet sacrée du Gaurishankar à plus de 7000m. Des français ont grimpé cette face sud en octobre dans les mêmes conditions météo difficiles. Leur récit est ici: http://www.petzl.com/fr/outdoor/news/sur-terrain/2013/11/05/voyage-au-bout-peine-ouverture-dans-face-sud-du-gaurishankar

Nous allons passer au peid du sommet sacrée du Gaurishankar à plus de 7000m. Des français ont grimpé cette face sud en octobre dans les mêmes conditions météo difficiles. Leur récit est ici: http://www.petzl.com/fr/outdoor/news/sur-terrain/2013/11/05/voyage-au-bout-peine-ouverture-dans-face-sud-du-gaurishankar

C'est la fête annuelle de Dashain qui dure une semaine au début de notre trek. Du coup les soirées sont arrosées de tchang au rytme des chansons et des danses.

C'est la fête annuelle de Dashain qui dure une semaine au début de notre trek. Du coup les soirées sont arrosées de tchang au rytme des chansons et des danses.

La maitresse de maison au village de Beding et de Na. Ici les habitants sont des sherpas. Nous avons tout le temps de nous impreigner de la culture en attendant la fin de trois jours de pluie intense.

La maitresse de maison au village de Beding et de Na. Ici les habitants sont des sherpas. Nous avons tout le temps de nous impreigner de la culture en attendant la fin de trois jours de pluie intense.

Petit déjeuner royale à Na au retour du beau temps. Nous allons enfin découvrir la vue sur les montagnes immacullées de neige.

Petit déjeuner royale à Na au retour du beau temps. Nous allons enfin découvrir la vue sur les montagnes immacullées de neige.

Nous montons au pied du Tsoboje pour nous accilmater et attendre que la neige se tasse un peu. Les montagnes sont splendides et très chargées de neige fraiche.

Nous montons au pied du Tsoboje pour nous accilmater et attendre que la neige se tasse un peu. Les montagnes sont splendides et très chargées de neige fraiche.

Puis il faut bien se décider à quitter le dernier village de Na pour tenter notre chance au Taschilapsa, en sachant que la trace va être éprouvante.

Puis il faut bien se décider à quitter le dernier village de Na pour tenter notre chance au Taschilapsa, en sachant que la trace va être éprouvante.

On arrive sur la neige au bord de l'immense lac glacière Tsho Rolpa. Ce lac est très surveillé à cause du risque important de vidange brutal à travers la moraine frontale.

On arrive sur la neige au bord de l'immense lac glacière Tsho Rolpa. Ce lac est très surveillé à cause du risque important de vidange brutal à travers la moraine frontale.

Puis s'en suivent deux journées éprouvantes pour le moral pour traverser le caos enneigé du grand glacier du Drakkar. Heureusement le temps est au beau fixe pour toute la semaine. Nous trouvons un peu d'eau pour les campements dans de petits lacs glacières au milieu des tourments du glacier.

Puis s'en suivent deux journées éprouvantes pour le moral pour traverser le caos enneigé du grand glacier du Drakkar. Heureusement le temps est au beau fixe pour toute la semaine. Nous trouvons un peu d'eau pour les campements dans de petits lacs glacières au milieu des tourments du glacier.

Au bout du glacier nous cherchons le bon passage pour franchir quelques barres rocheuses permettant d'accéder au glacier supérieur. L'installation de cordes fixes est indispensable dans ce passage pour faire passer les porteurs et tout le groupe..

Au bout du glacier nous cherchons le bon passage pour franchir quelques barres rocheuses permettant d'accéder au glacier supérieur. L'installation de cordes fixes est indispensable dans ce passage pour faire passer les porteurs et tout le groupe..

Après un campement incroyable perché sur un éperon au dessus du ressaut rocheux, nous partons à l'aube pour franchir le col.

Après un campement incroyable perché sur un éperon au dessus du ressaut rocheux, nous partons à l'aube pour franchir le col.

La température est glaciale ce matin sur le glacier supérieur du Drolambao

La température est glaciale ce matin sur le glacier supérieur du Drolambao

Grâce aux quantitées de neige fraiche, les pentes habituellement en glace vive d'accès au col sont remontées plus facillement une fois la trace faite.

Grâce aux quantitées de neige fraiche, les pentes habituellement en glace vive d'accès au col sont remontées plus facillement une fois la trace faite.

Nous évoluons dans un paysage splendide immacullé de neige fraiche avec des sommets entre 6000m et 7000m.

Nous évoluons dans un paysage splendide immacullé de neige fraiche avec des sommets entre 6000m et 7000m.

Les dernières pentes du Tashilapsha au pied du Pachermo. Nous avions envisagé de monter à ce sommet de 6200m en passant une nuit au col. Mais il est vraiment trop chargé en neige fraiche à notre passage et les pentes d'accès au col ont déjà une stabilité douteuse.

Les dernières pentes du Tashilapsha au pied du Pachermo. Nous avions envisagé de monter à ce sommet de 6200m en passant une nuit au col. Mais il est vraiment trop chargé en neige fraiche à notre passage et les pentes d'accès au col ont déjà une stabilité douteuse.

Moment d'euphorie au passage du col Tashi Lapcha. L'effet du champagne à 5700m est décuplé!

Moment d'euphorie au passage du col Tashi Lapcha. L'effet du champagne à 5700m est décuplé!

Puis nous attaquons l'interminable descente du versant Kumbu qui commence par l'installation de quelques cordes fixes pour les passages les plus exposés dans un couloir vers 5400m.

Puis nous attaquons l'interminable descente du versant Kumbu qui commence par l'installation de quelques cordes fixes pour les passages les plus exposés dans un couloir vers 5400m.

Un dernier campement dans la neige sur le versant Kumbu.

Un dernier campement dans la neige sur le versant Kumbu.

Toute l'équipe des porteurs qui nous a accompagnée. Nous arrivons au village de Thame où nous retrouvons un peu de confort au Lodge.

Toute l'équipe des porteurs qui nous a accompagnée. Nous arrivons au village de Thame où nous retrouvons un peu de confort au Lodge.

Ici les yaks transportent les marchandisent qui arrivent du Tibet par le col au dessus de Thame.

Ici les yaks transportent les marchandisent qui arrivent du Tibet par le col au dessus de Thame.

Les stupas et les temples sont nombreux dans le Kumbu.

Les stupas et les temples sont nombreux dans le Kumbu.

A Namche Bazar, nous montons à Khumjung pour voir l'Everest. Le temps est limpide et la vue est superbe sur les sommets qui font la réputation du Kumbu, du Lhotse à l'Ama Dablam.

A Namche Bazar, nous montons à Khumjung pour voir l'Everest. Le temps est limpide et la vue est superbe sur les sommets qui font la réputation du Kumbu, du Lhotse à l'Ama Dablam.

Le trek se clôt par deux jours de marche pour rejoindre le petit aéroport de Lukla. Le Kumbu est très fréquenté au mois d'octobre. Après une semaine de solitude, il faut nous frayer un chemin dans la foule des touristes qui empruntent le chemin vers Lukla: Un sacré contraste.

Lambar climbing India

1 Juin 2013 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Topos, #Voyages

Si certains veulent aller grimper en Inde, pour faire un peu de Granit, voila les topos qui complètent l'article paru sur le Vertical de Mai/juin 2013. Ce sont les voies d'escalade ouvertes en 2009 et 2012 à Lambar dans la région du Kinnaur / Himachal Pradesh, non loin de Rekong Peo.

Lambar climbing India
Lambar climbing India
Lambar climbing India

Les Lézards Gaillards :

250 m, 6c+/A1 – Bon échauffement aux fissures de Lambar, passage dans une zone de tafonis rappelant le granit Corse.

2 jeux de friend jusqu’au n° 5 camalot, marteau.

Relais sur pitons sur de bonnes vires

Descente du sommet en 3 rappels dans la voie, puis directement par un rappel à droite de la ligne d’ascension et à pied par des vires.

Film traversée Simplon à Oberwald

29 Avril 2013 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages, #Ski

Film traversée Simplon à Oberwald

Voir le film sans compte dailymotion :

http://www.dailymotion.com/fr/relevance/search/ski+simplon/1#video=xzfuk9

Voila de quoi se consoler avec ce printemps humide. Au moins on a le temps de trier les souvenirs de l'hiver qui se termine. Voila le film d'un raid à ski du début du mois d'avril entre Suisse et Italie: la traversée du col du Simplon jusqu'à Oberwald à travers le Tessin et le parc naturel d'Alpes Devero et Veglia.

indian climbing trip

30 Octobre 2012 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Les big wall de granit du Kinnaur ont tenus leur promesses de fissures parfaites. Hier soir c'était encore la fièvre dans les rues de Delhi. Maintenant en transit dans les aeroports europeens tout est trop calme, plus de fortes odeurs prenantes, plus de brouaha 2012-10-29 22.51.50

L'Elbrous à ski en video

6 Mai 2012 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Bienvenue en Russie. Voila de quoi se distraire comment si on y était, maintenant que notre sort est jeté pour cinq ans avec Hollande.

VIDEO A LIRE ICI pour savoir comment ont finis mes skis et pour quelques images exclusives d'Oncle Slava.

Elbrous à ski : ouverture de la saison 2012

2 Mai 2012 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

Ou comment aller skier l'Elbrous au débotté pour rattraper un voyage en Russie en déroute. Bientôt le film disponible.

 

Nous avions programmé un grand voyage au Caucase avec des copains pour clore la saison de ski 2012. Sommets de plus de 5000 m, grands itinéraires glacières, enneigement abondant, tout était au rendez vous pour de belles envolés de "ski alpinisme".

Mais c'était sans compter les méandres imprévisibles de l'armée Russe qui n'a pas daigné nous délivrer le permis d'accès à la zone frontière avec la Géorgie malgré toutes les velléités de notre agence Russe. Apparemment les autorisations pour le secteur Bezingi/Ullutau sont  aléatoires cette saison. 

 

DSCN7699

Pas de discussion possible.

 

La "Main Caucasus ridge" restera fermé aux niçois.

 

Du coup on part bricoler vers l'Elbrous.

DSCN7570

  DDE 06 en roulette (russe) dans la descente du glacier de Terskol.

DSCN7598

 Arrivée dans les troupeaux.

 

Partis de 4000m le matin même nous descendons jusqu'au village de Terskol.

 

Sans titre 1
Toute la bande profite d'une éclaircie pour tracer le glacier d'Azau qui ramène sur la station de ski du versant sud de l'Elbrous. 

 

Lassés d'attendre les hypothétiques autorisations pour Ullutau, les copains décident alors de rentrer en France.

Nous restons en Russie avec Muriel, pour skier à l'Elbrous qui ne nécessite pas d'autorisation. Les chances de réussir le sommet en ski sont maigres car ce n'est la saison. Il fait encore trop froid et les vents violents laissent apparaître la glace vive de la calotte.

Un créneau météo d'une journée se présente entre une série de perturbations qui ne font pas de cadeau là haut. Nous ne sommes pas acclimatés, mais c'est à prendre ou à laisser.

 

DSCN7636 Le premier jour nous faisons un peu de "hors pistes" à la station d'Azau en attendant le beau temps, puis nous montons 300m jusqu'au refuge à 3700m.  Personne pour tenter le sommet en cette saison.  
DSCN7647

 Je lendemain, effectivement grand beau temps froid et sans vent.

 

Nous montons en doudoune lentement jusqu'au sommet en évitant les plaques de glaces. 1950m de dénivelés. 

DSCN7669

Un peu essoufflé par l'altitude nous profitons à chaque pause de la vue grandiose sur toute la chaine du Caucase : un potentiel de malade pour le ski et l'alpinisme bien sûr.

 

 Sommet à 5642m pour nous tout seul le 14 avril 2012.

 

Heureux d'être là haut avec cette météo superbe.

 

On voit toute la Géorgie et le Caucase jusqu'à Sochi!

DSCN7663

  1ère descente à ski de l'année du toit de l'Europe. La neige est soufflée mais agréable à skier.

 

Une bande de 200m de glace nous oblige à remettre les crampons au milieu de la descente.

DSCN7672

 Vue d'ensemble de la partie haute de la face sud de l'Elbrous.

 

Les bandes de glace bleue brillent au milieu.

 

Le sommet est la bosse de gauche.

DSCN7673

Couché de soleil sur Mestia et Ushba depuis le refuge où nous redormons avant de descendre le lendemain les 1600m restant jusqu'en vallée.

DSCN7675

 

DSCN7691

 Voila de quoi achever notre euphorie après ce "hold-hup" à l'Elbrous.

 

Vins et bière brune locale.

DSCN7615

 Les militaires ne sont toujours pas décidés à nous laisser passer.

 

Nous allons donc faire le tour de l'Elbrous par la route pour rendre visite à son sauvage versant ouest.

 

Nous accédons au versant ouest de l'Elbrous par une longue piste 4x4 qui amène jusqu'au camp de base d'Oncle Slawa: la figure emblématique du coin. Oncle Slawa est le gardien du camp. Pas vraiment avare d'anecdote sur la montagne et sur les entrainements estivaux de l'armée par ici. La dégustation de ses vodkas épicés est incontournable après une bonne séance de sauna. Des sources minérales naturelles volcaniques permettent de prendre un bain extérieur revigorant après une journée de ski.

 

La voie normale du versant ouest de l'Elbrous, très peu empruntée, passe juste à droite de la grande falaise au centre de la photo.

 

L'itinéraire est un peu exposé aux chutes de séracs. 

DSCN7771
 Superbe ski de haute montagne avec vue sur le versant le plus raide l'Elbrous: la Caldéra du volcan a vu s'écrire une page de l'histoire de l'alpinisme russe avec notamment quelques réalisations de Babanov.
DSCN7779

 

DSCN7782 Poudre de rêve un jour de beau temps en versant ouest de l'Elbrous.
DSCN7804  Et même une journée d'initiation au ski de rando pour la russe Nastia avec le matériel de l'armée Russe : kolflac en guide de chaussure et ski métallique avec fixation à câble.
DSCN7805

 On fait mumuse avec les jouets (chargés) de l'armée russe.

 

 

 

 

DSCN7861
Couché de soleil en flânant dans la cité thermale de Minéralnye Vody: une destination de villégiature pour les Russes qui se donne un aire de Cote d'Azur niché au pied du Caucase. 

 

Oman Climbing Trip 2

10 Novembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

 

 

Le Sultanat d'Oman, c'est aussi les déserts de Dunes où les Dromadaires sont rois. On s'y sent vraiment loin de tout et les étranges lueurs bleutées au loin ne sont que des mirages de lacs inexistants.

 

Al Jaire

 

Pour la deuxième partie du voyage, nous nous sommes attardés vers Ibri et Al Ayn dans les montagnes du Jebel Kwar.

C'est un grand massif calcaire tout en longueur, en face du fameux Misht qui présente la plus haute muraille du pays.

Quelques aiguilles et canyons sont connus des grimpeurs, en particulier à Assaït, mais le massif est bien plus grand.

 

Al Gowail

 Sur le plateau de Sint nous avons visités le canyon du premier village du plateau à Al Gowail.

Nous avons trouvé un éperon de belles dalles en 5+ maxi.

 

Il y a plusieurs cheminements possibles. Nous n'avons laissé que quelques lunules et il faut un gros jeu de friend.

 DSCN5942  Dans les dalles très sculptées du canyon d'Al Gowail, le soleil arrive l'après midi. Il est temps de sortir.

 

Ensuite nous sommes allés voir la fameuse aiguille d'Assaït qui donne envie vue depuis la plaine. On y accède en montant au village d'Ibchy où les myriades d'enfants attendent les grimpeurs de passages.

 

 Le minuscule Oasis d'Ibchy, logé au pied des falaises, est un vrai jardin d'Eden pour camper au calme, à l'écart du village.

Piscine à disposition une fois que l'arrosage de la palmeraie est finie.

DSCN5982
 Juste au dessus, la face ouest de l'aiguille d'Assaït nous fait baver avec ses 400m de plaisir vertical. Sur le fil de l'arête de gauche, se déroule la voie historique de l'arête internationnale.
 DSCN5984

 Tout en haut de la voie "Djinn Tonic" à Assaït.

 

Merci Thierry d'avoir équipé ce bijoux clef en main dans ce site merveilleux.

 

Le coin de verdure en haut de la photo, c'est l'oasis d'Ibchy juste à nos pied.

 DSCN6010

 

Ensuite nous sommes allés explorer la suite du massif qui se prolonge en direction d'Hamla. Une longue piste permet de se rapprocher très près de la muraille à l'Oasis de Manjoub. Elle part juste derrière l'école d'Al Ayn.

On arrive à un campement temporaire avec des jardins alimentés par une petite source et un Falaj comme partout.

 

DSCN6131 Rien que le campement à Manjoub est déjà fantastique, loin de la plaine, avec une vue dégagée sur le désert.
DSCN6074  Et le clou du campement est certainement cette véritable piscine à débordement au bout du falaj rien que pour nous. Idéal après une journée d'escalade.

 

Du coup nous sommes restés ici quelques jours pour ouvrir une nouvelle voie dans la grande muraille du Jebel Kwar que l'on a appelé : "Le Paradis des Grenouilles".

 

Au début nous attaquons sur un petit pilier pour franchir un socle, à l'aplomb de la ligne qui nous fait fantasmer au dessus : une aiguille de 500m de haut élancée vers le ciel.
DSCN6097

 Au dessus du socle, le rocher déjà excellent devient incroyable dans des tafonis.

 

Nous remontons un pilier vertical splendide.

Menjoub
 Quelques passages en dalles à pico nous obligent à mettre des spits.
Menjoub1

 

La voie est équipée en rappel sur goujons de 10 mm car la descente à pied est certainement très longue. En effet la barre du Jebel Kwar court sur plusieurs kilomètres sans présenter de faiblesses et il doit falloir faire tout le tour.

 

Menjoub4 Nous avons mis 3 jours à arriver en haut en redescendant à chaque fois au pied. C'est un peu long, mais la motivation était au rendez vous en découvrant à chaque fois un rocher extra. 

 

Menjoub5  Le 3ème jours, il faut à tout pris trouver un passage vers le haut. Heureusement un cheminement permet de se rapprocher du fil du pilier de l'aiguille.
DSCN6142  Le gaz devient ébouriffant en traversant au dessus d'une zone déversante, mais de bonnes fissures permettent de progresser assez vite.
DSCN6150

 Du sommet nous avons une vue quasiment d'avion sur la plaine.

 

En face, c'est le Misht isolé au milieu du désert.

 

DSCN6148

Bivouac au sommet de notre aventure verticale à rêver de citadelles de rocher dressées au milieu des dunes de sable comme dans les livres de Frison Roche.

 

Demain il n'y a plus qu'à descendre les 13 rappels que nous avons équipés.

 

Voir le topo de la voie "Le Paradis des Grenouilles"

Beaucoup de topos d'Oman sont disponibles dans la mine d'Or du site de Rémy Thivel

Mais nous avons trouvé pas mal d'autres voies sur place.

Il y a aussi des informations sur les grandes voies et les sites de couennes sur le site des grimpeurs locaux et des expatriés: Oman Climbing

Oman Climbing Trip 1

7 Novembre 2011 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Voyages

DSCN6245

Petit débriefing de 3 semaines de vacances à Oman en octobre 2011.

Les Savoyards et autres alpinistes nordiques vont plutôt à Oman en plein hiver. Habitués aux chaleurs de la Cote d'Azur avec ma douce, nous avons testé l'inter saison dans le désert Omanais. Finalement la température était plutôt bonne, surtout en montagne et nous avons même pris 3 jours de pluie au début... oui oui la pluie dans le désert, c'est possible!!! Avec les oued en crue à traverser....

 

DSCN5681  DSCN5702
 Tenues des "Milles et une nuits", parures de bijoux, les omanaises ne se refusent rien. Mais dans la rue, tout sera caché par un voile laissant à peine deviner les traits du visage.
 Le Sultanat d'Oman est couvert de palmeraies et d'Oasis verdoyants savamment irrigués par de l'eau sortie de nul part!

 

Pour les grimpeurs, c'est une destination hivernale de choix. Tout le massif du Hajar Akhdar et du Hajar Ash Sharqiyah est formé de calcaire et de roches sédimentaires érodées formant autant de canyon (wadi) et d'aiguilles élancées à grimper. Et pour l'adhérence, ne vous faites pas de soucis, il s'agit plutôt d'incrustation, tellement le rocher est sculpté.

 

DSCN5690

 L'outil indispensable du touriste Omanais: le 4x4 nécessaire pour accéder un peu partout.

 

 

Au pays des rois du pétrole, les économies d'énergies fossiles n'existent pas. Le pays s'aménage à vitesse grand V dans une version tout voiture ou plutôt tout 4x4. Les transports en commun n'existent pas et le Landrover est le ticket d'entrée de tout voyage dans ce pays.

DSCN5736  Première voie d'escalade du voyage dans le wadi Tanuf : "Oublie tout". Parfait pour faire un lavage de cerveau au début des vacances et s'adapter au rocher.
DSCN5729  Une longueur bien compacte au milieu de la voie, permet de rester sur le fil d'un pilier où le rocher est splendide: une trouvaille de Pétiole.

A Oman on grimpe toujours à l'ombre. Surtout en octobre, la température est encore torride au soleil et le choix de l'orientation d'une falaise est crucial. Il n'y a qu'en altitude au dessus de 2000m que nous avons supporté de grimper sous quelques rayons de soleil rasant.

La population omanaise est musulmane. Les gens sont très accueillants et sympathiques envers les étrangers en visite. Il est courant de se faire inviter chez les locaux pour boire le kawa avec quelques dattes séchées. Cette sensation de bienveillance et de sécurité est un véritable atout touristique pour le pays.

 

Les mosquées des principales villes du pays sont monumentales avec tous les fastes de l'orient. 

 

La plupart sont dédiés au sultan Qaboos, totalement adulé par la population grâce au partage des revenus du pétrole.

DSCN5800

 Tout aussi monumental, le wadi Nakhar entaille le plateau du jebel Scham sur plus de 1500m de haut: un spectacle digne du Colorado américain avec un potentiel de voies d'escalade pour l'éternité.

 DSCN5813

A l'heure du kawa chez les locaux toujours très accueillant.

 

Un jeune omanais, Ipad à la main, et quelques pakistanais à droite.

DSCN6257

 

Les immigrés d'inde, pakistan et bengladesh sont très nombreux à Oman.

Les Omanais sont à peu près 3 millions pour un pays grand comme 0,6 fois la France. Ce sont 3 millions de petits rois du pétrole qui profite à tout le monde dans le pays. Ecoles, universités, hôpitaux.... le Sultan ne refuse rien aux habitants. Et pour construire le pays sous le soleil hardant, les immigrés sont les bras du Sultanat.

 

Tiwi2
Le wadi Tiwi, très connu des grimpeurs, est le canyon aux 7 palmeraies luxuriantes entourées de parois couvertes de tafonis : un éden où l'on pourrait rester de semaines entières.
 DSCN6271  Dans la voie "Juliette Geoffrey" à Tiwi. C'est sûrement la plus classique du Canyon. Une escalade enthousiasmante dans un rocher ultra sculpté très raide pour des envolées qui restent souvent dans le 5+.
DSCN6251  La face nord en face du village de Miban où il fait bon grimper au frais au dessus de la palmeraie.
 Dans une nouvelle voie, sans topo, trouvée à Tiwi à droite de la Juliette Geoffrey. Un goujon à chaque relais et quelques points de ci de là, on se laisse guider par le rocher superbe.
Tiwi1

 

DSCN6235

A Oman, on se baigne de partout dans les wadis dans une eau souvent tiède. 

 

Ici le Wadi Bani Kalid est une énorme résurgence karstique dont on peut visiter l'entrée du réseau souterrain en spéléo.

 

Suite du voyage au prochain épisode, où l'on fera une visite un peu poussée du massif du Jebel Kwar vers l'Ouest du pays, avec même l'ouverture d'une voie escalade sauvage de 500m de haut: à lire dans l'article suivant.