REVALPIN

Ski au dessus de la grande bleue

10 Janvier 2009 , Rédigé par Revalpin Publié dans #Ski

Depuis jeudi, une excitation incroyable c'est emparée des skieurs azuréens. Les premières montagnes au dessus de la mer sont blanches. La chute de neige qui a provoquée une panique mémorable à Marseille cette semaine, n'a pas épargnée la cote d'Azur où tout est blanc à partir de 600m d'altitude.


Vue sur la baie des Anges depuis la cime de l'Estellier à 1270m. 

Vendredi, tôt le matin, je ne résiste pas à aller voir ce que ça donne avant d'aller au bureau. A la façon d'un Chamechaude matinal pour les grenoblois, me voila parti pour les Baous. En pleine nuit, il y a tellement de neige au col de Vence que je manque de mettre plusieurs fois la voiture en travers. Je redescends donc sagement vers la vallée du Var par Coursegoule et Bézaudun pour ne pas avoir à recommencer cet exercice périlleux au retour. Après avoir difficilement dégagé à la pelle une place de parking au niveau du pont sur le vallon de Bouyon à 750m, c'est parti pour un enchainement improvisé du Viérou et la cime de l'Estellier.


Face nord du Viérou  en condition hivernale rare, descendue un peu plus tôt, vue depuis la cime de l'Estellier


Sur la crête du Viérou, un peu avant le sommet, je chausse les ski en direction du versant nord au levé du jour. Le ski est dément et je me laisse emporter par la pente jusqu'au vallon de Bouyon dans une neige légère trop facile à skier. La remontée à l'Estellier est magique avec le levé du soleil qui rosi la pente, un groupe de chevreuils surpris sous des pins, des perdrix grignotant les baies de cynorhodons et une vue sur la cote qui s'élargie de plus en plus. La descente sera moins bonne en touchant quelques pierres, mais ça passe jusqu'à la case départ au prix de quelques sauts grisant des murets de restanques.
ski exotique à la face sud de l'Estellier, en condition seulement ce matin là! 

Aujourd'hui samedi, c'est reparti pour un tour dans la célébrissime face sud du Cheiron en condition une fois tous les quarts de siècle depuis St Pons. Pour ceux qui ne connaissent pas la cote, imaginez une face plein soleil de 1000m de dénivelé avec une pente toujours soutenue perchée au dessus de la mer. Un rêve, qui hantait les esprits de pas mal de skieurs au dire de certains croisés ce matin dans cette pente éphémère.
La crête du Cheiron vue depuis la pointe de Jérusalem (1768m)

Coté Méditerannée, c'est la pente sud qui nous attend, coté ombre c'est la pente nord dont la poudre nous attend aussi!  
La descente mythique, tellement rêvée, était donc bien là ce matin sous nos spatules. Et en plus avec des conditions de neige assez optimum: montée en peau depuis St Pons et descente en ski jusqu'à 150m au dessus du village. Merci M Giraudon pour l'info partagée sur le bulletin neige de météo France hier. Et même avec toute cette publicité il n'y avait qu'une vingtaine de skieurs aujourd'hui: pas tant d'accros au ski à Nice!!
 Petit gavage pour s'échauffer en face Est de la pointe Jérusalem.

  Cécile n'en revient pas: ça tourne avec les oreilles.

Après cet apéritif, la pente sud ne peut plus nous résister: la pression monte un peu.
On remonte jusqu'à la croix de Verse pour se trouver au dessus d'une incroyable pente vierge de toute trace qui donne le tournis en direction de la profonde vallée du Loup. Attention aux yeux voila des photos historiques : 20 minutes d'anthologie à s'en mettre pein les mirettes. On voudrait s'arrêter tous les 100m pour immortaliser l'évènement en photos. Mais souvent la pente nous embarque pour un run un peu plus long. On s'arrête pour reprendre son souffle et le temps semble arrêter sa course l'espace d'un instant, avec le sentiment d'accomplir quelque chose d'incroyable.

 Mumu s'envoie le premier grand shoot de poudre sous la croix de Verse. Le soleil chauffe et de gros escargots partent sous nos traces dans la pente déjà raide.

Plus bas c'est déjà bien transformé.
  Muriel sur fond de méditerranée sans bouée de sauvetage.

Et dire que certains vont jusqu'en Norvège pour skier au dessus de la mer... Ca doit pas être aussi grisant qu'ici.
   Plus bas les genets dépassent un peu de la neige transfo. 

Derrière, Benoit et Cécile savourent encore un peu cette descente de fou juste au dessus de leur tête.


Tchao le Cheiron..... à dans 20 ans.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Trop fort !J'ai posté (sur Dénali) quasiment la même photo de la Face-Sud avec en toile de fond la Grande Bleue...
Répondre
L
Bandes de veinards!Bon pour moi premiere initiation au ski de rando sur le mont Aunos et premiere impression...je suis mordu! Neige trop facile!!!!C'est bon dans 20 ans je riderai le cheiron!!!!
Répondre